Accueil / Uncategorized / Lutte: Montage du combat ‘Bombardier’-’Gris Bordeaux’ : Une guerre larvée entre promoteurs hypothèque l’affiche

Lutte: Montage du combat ‘Bombardier’-’Gris Bordeaux’ : Une guerre larvée entre promoteurs hypothèque l’affiche

Serigne Ousmane Dia ‘Bombardier’ et Ibrahima Dione ‘Gris Bordeaux’ doivent s’affronter pour une ‘redistribution des cartes dans l’arène’. Mais, pour nombre d’observateurs de l’arène sénégalaise, tout dans la démarche du promoteur de Mbour, Luc Nicolaï, fait penser à une affiche déjà hypothéquée.

Source: Walfadjri
Une question est suspendue sur toutes les lèvres, au regard des derniers développements notés à propos du montage de la confrontation que tous les amateurs, attendent : ‘Bombardier a-t-il peur d’affronter ‘Gris Bordeaux’ ? Pour nombre d’amateurs de lutte, la question est loin d’être impertinente. Ce combat, estiment-ils, doit voir le jour pour l’animation et la redistribution des cartes dans l’arène.

Des spécialistes de la lutte sénégalaise avec frappe avancent des hypothèses notoires, qui concourent à l’hypothèque qui pèse sur ce combat. Le premier constat est né de la guerre larvée entre les promoteurs ‘Petit’ Mbaye et Luc Nicolaï, pour monter cette affiche. Mais ce qui heurte la morale des amateurs de lutte, c’est la récente sortie médiatique du promoteur Luc Nicolaï depuis Fatick.

Lors de la signature du contrat de son programme du 29 avril, pour un face-à-face entre Ouza Sow de l’écurie de Fass et Auguste Mbagnick Séne de Mbour, au stade Massène Sène de la capitale du Sine, Luc Nicolaï est revenu, face à la presse, sur son désir de monter cette affiche, avec un cachet de 50 millions qu’il offre à Gris Bordeaux de Fass et 110 millions pour Bombardier. Et pour justifier de telles propositions, le promoteur note que ‘Gris Bordeaux’ n’a pas le palmarès de ‘Bombardier’. Par conséquent, le Fassois ne peut, selon lui, prétendre à plus.

D’aucuns notamment dans l’écurie de Fass lui rétorquent que ‘lorsque Bombardier affrontait Moustapha Guèye le 29 juillet 2001, il n’avait pas le palmarès requis pour lutter contre Le nouveau Tigre de Fass, qui avait enregistré plus d’une vingtaine de victoires dans l’arène. Tapha avait accepté de lui accorder sa chance. Et pourtant Bombardier n’avait battu que des lutteurs de seconde zone comme Tiaw Tiengo le 04-04-95; Manga n°3 (13-11-97). Il a été battu par Abdoulaye Diop dit ‘Tyson’ n°2 (19-07-98), Pape Cissé (frère de Balla Bèye n°2, 16-05-98), Boy Kaïré (02-08-99) et certains vieillots en fin de carrière comme les El Hadj Nguer (25-12-97), Alioune Sèye (13-04-98) et Mor Nguer (18-11- 2000)’.

A l’époque, fait remarquer Fara Guèye de Bene Tally, ‘Bombardier n’avait pas le palmarès notable, pour lutter avec le chef de file de l’écurie de Fass. Mieux, Bombardier avait l’âge de Gris Bordeaux (26 ans), lorsqu’il affrontait Tapha Guèye qui avait 39 ans en 2001. Alors que Gris Bordeaux a fait un parcours de feu pour arriver là où il est, en affrontant des jeunes costauds à l’image des Abdou Diouf, Eumeu Sène, Khadim Ndiaye n°2, Lac de Guiers n°1, etc., qui sont de véritables champions, prêts à en découdre avec le Mbourois’. Cet argumentaire du promoteur n’est guère pertinent et ne tient pas, à son avis, la route.

L’autre fait qui menace sérieusement la tenue de ce combat pour d’autres observateurs, est lié au fait que ‘le promoteur mbourois ne verse que dans la diversion, lorsqu’il déclare avoir pris contact avec Bombardier’. Ce dernier lui aurait donné son accord. Ainsi, pour El Hadj Ndiaye de Fass c’est là ‘une manière de casser la dynamique d’organiser cette rencontre. Et nous nous posons la question de savoir, après avoir pris contact avec Bombardier, qui lui a donné son accord et avant de parler dans les médias, pourquoi Luc Nicolaï n’a pas pris langue avec les responsables de Fass ou avec Gris Bordeaux lui-même, au lieu de faire une déclaration de nature à sceller définitivement le sort de ce combat avec sa proposition de cachet farfelue pour le Fassois ?’. A l’en croire, personne au niveau de l’écurie de Fass n’a été contacté par Luc Nicolaï, pour parler de ce combat. ‘C’est de l’intox’, lance notre interlocuteur.


À voir aussi

Touba: Les éleveurs républicains hôtes du Khalife général des Mourides…

Dans le cadre de leurs tournées de sensibilisation et d’information sur les réalisations du régime …

Macky tacle les syndicalistes «On ne peut pas dire ‘’diokhma-diokhma’’ « 

«On ne peut pas dire ‘’diokhma-diokhma’’ et en retour il n’y a pas de compensation…». …