Accueil / Confidences / LUTTE – TAXE DE PROMOTEUR, MODOU LO DEMENT ‘’Je n’ai pas le temps d’organiser un combat’’

LUTTE – TAXE DE PROMOTEUR, MODOU LO DEMENT ‘’Je n’ai pas le temps d’organiser un combat’’

 En tournée de sensibilisation dans le Sud du pays, Modou Lo est revenu sur son cuisant revers face à Bombardier lors de la défunte saison. Son combat avec Ama Baldé plébiscité, le ‘’Roc’’ des Parcelles Assainies veut le ranger dans les tiroirs. Il a aussi profité de l’occasion pour tirer au clair les rumeurs disant qu’il est l’organisateur de son dernier combat.

Sentiment après la défaite contre B52 ?

‘’Ma défaite contre Bombardier m’a fait trop mal mais le sport est ainsi fait. Soit on rentre avec la victoire soit avec la défaite. J’en suis en ma deuxième défaite (après Balla Gaye 2) et je rends grâce à Dieu car j’ai eu de beaux jours avec des victoires. Cette défaite n’est pas une honte pour moi car j’ai fait ce que je devais faire. J’ai voulu mais Dieu en a décidé autrement. Et encore une fois, je le félicite. J’ai pensé que si j’adoptais cette stratégie, j’allais m’en sortir, et ce ne fut pas le cas. J’ai voulu coûte que coûte m’emparer de ses jambes mais il était bien sur ses gardes. Mon staff m’a donné des conseils en me demandant de ne pas prendre de risque et de bien observer mon adversaire. Je n’ai été atteint mystiquement en aucun moment du combat et j’ai senti ça.

Modou Lo, promoteur ?

‘Ken mënul xalam disi jaayu !’ Si j’avais organisé mon combat contre Bombardier, je l’aurais assumé. Mais malheureusement, je n’ai pas le temps d’organiser un combat de cette envergure. Yékini est mon idole et jamais au plus grand jamais je ne lutterai avec lui. Je le respecte et l’apprécie bien. Mais n’empêche, je sais ce que je veux et où je veux aller. Même si je suis toujours en compétition, je pense aussi au jour où je rangerai mon ‘ngemb’. Je sais que dans les jours à venir, tout cela sera un souvenir. Je suis un jeune qui ne vit que pour la lutte. Je m’investis à fond pour ce sport qui m’a tout donné et grâce auquel je suis ce que je suis aujourd’hui.

Combat contre Ama Baldé ?

La lutte n’a pas de frontières. Je suis lutteur, lui aussi en est un. Il a cravaché dur pour être à ce niveau de sa carrière. S’il n’avait pas fait ses preuves, on ne penserait pas à le confronter à moi. Et pour ma part, je n’ai jamais exclu de lutter avec un des lutteurs de l’arène, hormis Yékini. La lutte, c’est mon métier ; si on trouve un accord avec mon staff et qu’on me propose un bon cachet, je suis prêt à nouer mon ‘ngemb.’’

Enquete

À voir aussi

GARDEZ-MOI DE MES AMIS, MES ENNEMIS JE M’EN CHARGE -PAR OUMOU WANE-

Face au spectacle de désolation donné par les militants et autres responsables de l’APR, les …