Accueil / POLITIQUE / M. Strauss-Kahn s’explique pour la première fois

M. Strauss-Kahn s’explique pour la première fois

Il aurait pu choisir le silence. Il a préféré la télévision pour s’expliquer sur une affaire privée. Il aurait pu opter pour l’absence et un retrait dans son riad de Marrakech, ou ailleurs, jusqu’à la fin de la campagne présidentielle. Il a préféré Paris et ce qui va avec : la fosse aux lions médiatique.

Quel visage afficher, quelle explication donner lorsque le monde entier vous a vu, menottes aux poignets, accusé de crime sexuel à l’encontre d’une femme de chambre ? Comment réparer son image lorsque l’abandon des poursuites prononcé le 23 août au tribunal de New York a annulé toute possibilité d’un procès pénal et vous laisse entouré de soupçons, ni coupable, ni non-coupable ? Et lorsqu’une procédure au civil est toujours en cours ?

Dominique Strauss-Kahn devait répondre sur TF1, dimanche 18 septembre, aux questions de la journaliste Claire Chazal, pour sa première prise de parole publique depuis son arrestation à New York, en mai. De cette prestation dépend en partie la possibilité de restaurer, dans l’opinion, l’image de l’ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI), ancien ministre socialiste des finances.

D’autant plus que son arrivée tout sourire dans son appartement de la place des Vosges au côté de son épouse Anne Sinclair, le 5 septembre, a suscité des réactions indignées. « Que pouvait-il faire d’autre ? Il n’allait pas se poser en coupable ! », rétorque-t-on dans son entourage.

Stéphane Fouks, grand horloger de la communication de M. Strauss-Kahn, jure que l’émission avec Claire Chazal n’a « pas été préparée ». DSK, note-t-il, « est libre : il n’est plus directeur du FMI, n’est pas candidat à une élection et n’est plus poursuivi par la justice américaine », même s’il reste l’objet d’une plainte au civil de Nafissatou Diallo, la femme de chambre du Sofitel de Manhattan. « Il faut faire simple ! », conclut-il.

« Comportement similaire »

Faire simple, certes, mais comment parler des fameuses neuf minutes où a eu lieu, dans la suite du Sofitel, la relation désignée comme non consentie par Mme Diallo ? Et puis faut-il s’excuser, comme vient de le lui suggérer Arnaud Montebourg lors du débat télévisé entre les candidats aux primaires socialistes ?

Faut-il expliquer l’état des procédures en cours aux Etats-Unis et en France ? Feindre de les négliger ? Après la procédure lancée par Tristane Banon à Paris et après le classement du dossier pénal à Manhattan, Mme Diallo a déposé, dans le Bronx, une plainte au civil. L’avocat représentant maintenant M. Strauss-Kahn à New York, Shawn Naunton, s’apprête à demander au juge de la cour suprême du Bronx, d’ici au 26 septembre, le rejet pur et simple de la plainte.

S’il ne l’obtient pas, l’artillerie sera déployée. Côté accusation, les avocats Ken Thompson et Douglas Wigdor, qui ont pointé le fait que M. Strauss-Kahn devait être interrogé dimanche sur TF1 par « une journaliste amie de sa femme », sont en droit d’exiger qu’il fasse sous serment et pendant plusieurs jours une déposition consignée par écrit ; ils sont par ailleurs assistés de l’avocat parisien Thibault de Montbrial, lequel assure avoir déjà entendu plusieurs « victimes » présumées de DSK, ayant subi « un comportement similaire ».

Côté défense, on brandit la menace d’une poursuite en justice de Mme Diallo. A tout moment, une transaction confidentielle peut mettre fin aux hostilités. Mme Diallo, après nombre d’apparitions publiques, s’est pour l’instant éclipsée. « Nous sommes en train de discuter avec le Sofitel pour voir quand et dans quelles conditions elle recommencera à travailler », indique au Monde M. Wigdor.

Marion Van Renterghem


À voir aussi

Rebeuss : Abdoulaye Baldé rend visite à Khalifa Sall

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé s’est rendu hier lundi à la prison centrale de …

Publication de sa vidéo sur les politiciens: Sonko accuse Macky

« Fusiller les 4 Présidents sénégalais depuis l’indépendance », tels sont les propos qu’aurait tenus Ousmane Sonko …