POLITIQUE

MACKY À SES DÉTRACTEURS « Seul Dieu donne le pouvoir »

  • Date: 14 décembre 2015

Le président de la République, Macky Sall, a profité de l’ouverture de l’Université républicaine de la Cojer pour répondre à ses détracteurs. Il demande à ces derniers notamment Idrissa Seck, d’avoir foi en Dieu car, dit-il, « seul Dieu donne le pouvoir ». « Il faut accepter que je suis ton président sinon ton cœur va continuer de brûler », lance-t-il, avec un ton ironique, à l’ endroit du Maire de Thiès.

«Vous étiez là, moi je n’ai fait que 3 ans…»

« Ne soyez pas ébranlé  par les bruits que les autres  font à la radio et à la télévision. Croyez-moi, ça ne passera pas. Car, ce ne sont pas les menaces et les paroles mensongères qui vont régler  les choses. Et ils n’ont pas commencé aujourd’hui. Donc, ne vous souciez pas de ces manipulateurs. Il faut plutôt s’armer de courage et de connaissance. Et surtout savoir ce que nous faisons et quand il arrivera l’heure de parler, dites l’essentiel et laisser les autres parler. Ce n’est plus la peine de polémique avec  ces gens-là (Me Abdoulaye Wade et Idrissa Seck). Ils ont montré leur limite et leur carence. Je vous garantis quand nous aurons terminé, vous ne les verrez plus ; ceux qui font du bruit parce qu’ils n’auront plus le courage de parler. En 3 ans et 8 mois, vous ne devrez pas avoir honte à défendre un bilan. Quel que soit le secteur, si on  vous donne les éléments, vous ne baisserez jamais la tête. « Niit da wara goorgorlu ». On doit avoir le « foula » de défendre notre bilan et de le comparer avec ce que nous avons trouvé sur place. Un bilan, on le défend sinon ceux qui n’ont que leur langue, peuvent le masquer jusqu’à ce les autres ne voient pas la portée. Et ça, c’est le rôle des responsables politiques, nos directeurs, nos maires, nos ministres et l’ensemble de nos amis et alliés pour que ce bilan soit amélioré mais qu’il soit défendu. Et que le mensonge ne vienne pas envelopper ce que nous faisons pour le peuple. Il faut travailler et parler, le moment opportun. Nane mana mana, kharal bagnou wakhla yawla (Se bomber le torse pour dire que c’est moi l’homme de la situation ; il vaut mieux attendre qu’on te le dise !) Si ce n’était pas la confiance des Sénégalais, on ne serait pas là. C’est Dieu qui confie le pouvoir à qui il veut. Il faut être croyant. Car, Dieu a tout prévu. Éviter donc d’avoir des habitudes de « Ngande Ngandalou », (se gonfler). Franchement, cela ne m’ébranle pas.  C’est parce que c’est le peuple qui m’a confié ce poste de président de la République mais pas deux personnes ou encore un clan. Donc, il faut accepter la décision divine et respecter le peuple. Si vous refusez cette réalité,  votre cœur va  bruler pour rien. Si vous voulez avoir la paix, acceptez la décision divine.  Parce que Dieu a déjà tout programmé, c’est nous qui ne savons pas. »

Aux « apéristes »

« Travaillez et ne soyez pas pressé. Parce que la vie est faite d’étapes. On ne peut pas commencer aujourd’hui et arriver au sommet cela n’existe nulle part. Tu n’as pas de diplôme et tu veux arriver au sommet. Un pays ne marche pas comme ça et cela ne fait pas développer un pays. Il faut que les gens acceptent les décisions divines. Un pays où tout un chacun veut être un sommet. Chaque militant veut être au sommet du parti. Cela est impossible.  « Ko Guiss mi gui meer ».  Chaque militant que  tu rencontres, il te dit que je suis content ou bien il est fâché contre moi. Parce que, ils veulent des postes. On doit fait revenir leur conscience.  Même ceux qui ont  des postes, visent encore plus loin. Même si vous n’êtes pas content, patientez jusqu’à ce Dieu vous donne  ce que vous voulez. Le peuple sénégalais est le seul et l’unique source de légitimité. De lui, s’obtiennent  toutes les victoires. Alors faites preuve d’humilité et de respect pour chaque Sénégalais. Éloignez-vous de l’orgueil et  de l’arrogance. »

 Cojer

« Vous avez été au cœur de l’ouvrage pour baliser, édifier et éclairer les pistes étroites vers la victoire des valeurs de la république, de la démocratie et du progrès.  Je voudrais donc vous saluer à nouveau, saluer toutes les jeunesses de notre pays, jeunesses des villes et des campagnes, jeunesses des daaras, des universités, des écoles et des instituts, jeunesses ouvrières et celles des diasporas mobilisées pour bâtir un Sénégal nouveau, uni et solidaire, libre et prospère, démocratique et respecté, un Sénégal où chaque citoyen vit joyeux et fier de son pays. Le destin de la Nation est entre vos mains. Alors, faites du travail votre viatique, votre impératif au quotidien et votre éthique. Le travail vous libère. Il vous élève à la dignité humaine et vous donne le  sentiment réel que vous êtes utiles à votre pays, à votre famille et à votre communauté. Chaque matin, à chaque instant, dans la confiance et la foi en l’avenir, faites du travail l’instrument de votre épanouissement et de votre fierté, de vos victoires sur les duretés de la vie et de vos joies. Vous n’êtes pas seulement l’avenir du pays. Vous êtes le présent car vous portez sur vos épaules les grands défis actuels : défi de l’éducation et de la formation de qualité, défi de l’autosuffisance alimentaire pour la dignité et la souveraineté de notre peuple, défi de la citoyenneté qui vous dicte de faire preuve en toutes circonstances de comportements exemplaires faits de rigueur et de respect scrupuleux du bien public.  Vous êtes les bâtisseurs des cités nouvelles par vos inspirations, vos intelligences et votre enthousiasme. Alors, je vous exhorte à toujours considérer d’abord ce qui est essentiel et qui vous éloigne de la parole vaine, de l’invective et de l’oisiveté. Car, c’est seulement dans l’action et par l’action que s’élèvent haut les œuvres majeures et les victoires méritées. Soyez vigilants et attentifs aux aspirations de votre peuple et ne vous abandonnez jamais aux salons douillets de la facilité et de la paresse. Refusez d’être des intermittents de la politique.  Elle est le contraire de l’éthique du courage, du travail, de l’effort et du mérite.   Jeunesses républicaines, jeunesses du Sénégal. Ancrez ces valeurs dans vos actes quotidiens car c’est l’attente de notre peuple, c’est la voie pour un monde de paix et de stabilité. C’est le sens de mon combat et aucune force ne pourra me dévier dans cette marche. Une marche certes difficile, mais nécessaire et exaltante pour le devenir lumineux de notre cher Sénégal. Je sais pouvoir compter sur vous, jeunesses républicaines, jeunesses du Sénégal, pour réussir ce magnifique chantier d’édification d’une culture forte de vertu, d’excellence et de performance. »

Au Pds

« Ceux qui menacent dans les médias de marcher, ils râlent pour rien. Mes chères camarades, le secret se trouve dans le travail et non dans des combines ni dans des verbiages encore moins de promesses sans lendemain. Ils ne feront rien parce qu’ils ne savent pas le faire. Demain, ils diront qu’on va marcher à  la place de l’obélisque. S’ils veulent nous prêterons la place de l’Obélisque pour qu’ils y marchent ou bien on cherche une avenue plus grande que celle-là. »

Référendum de 2016

« Il faut calmer les esprits parce que le moment venu, nous parlerons au peuple. J’ai pris une décision pour dire que je veux réduire mon mandat  en modifiant la constitution, qu’ils attendent pour savoir ce que je vais décider. Mais chaque jour, ils occupent les radios pour polémiquer sur la question. Attendez que le débat soit posé. Le bruit qui se fait autour de cette question ne me fera pas reculer. Personne ne peut me forcer à dire demain, c’est le référendum, vous devez le faire. Le moment venu, on le fera et le peuple aura le dernier mot.  Ce n’est pas une affaire de politicien ou d’intellectuel, c’est l’affaire du peuple parce que le pays appartient à tout le monde. C’est le peuple qui décidera. Ça ne demande pas beaucoup d’énergie surtout en cette période de changement climatique, on a besoin d’économiser de l’énergie. La planète a besoin de mieux respirer. C’est très important. Si on veut que le pays aille de l’avant, il faut qu’on accepte de se donner la main pour relever ce pari. »

 BBY

« Les candidatures au sein de Benno BokK Yakaar (Bby), il n’y a aucune contrainte. Ceux qui veulent se présenter n’ont qu’a trouver leur candidat, il n’y a pas de problème. Je prie aux responsables de l’Apr de ne plus se verser dans cette polémique. Qu’un  autre parti membre de la mouvance présidentielle ait un candidat, c’est le cadet de mes soucis parce que c’est le peuple qui décide. Si à l’arrivée, notre bilan ne satisfait pas le peuple, c’est la sanction qui s’ensuit. On ne le souhaite mais personne ne peut parler jusqu’à orienter l’esprit des Sénégalais. »

 Ibrahima Khalil DIEME (Envoyé spécial à Saly Portudal)

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15