téléchargement

Macky et la jeunesse de la banlieue : des engagements à risque

L’enthousiasme des masses, les accueils à l’applaudimètre, les démagogies des politiciens et les foules compactes inspirent toujours l’homme politique qui en fait face. C’est ce qui a amené Macky Sall à faire à la jeunesse de la banlieue la promesse de plus de 2000 emplois et trois stades rénovés, remis en chantier ou reconstruits.

Ce serait un miracle à saluer s’il arrive à créer 2000 emplois sûrs pour les jeunes de la banlieue sans parti pris partisan, à restituer le stade Assane Diouf, à restaurer le stade Alassane Djigo et à rendre fonctionnel le stade Amadou Barry dans le respect des normes.
Ses engagements sont à risque. Les ASC, les Associations de Jeunesse, l’Opposition et la Société civile ont pris note et l’attendent. S’il ne les réalise pas dans les plus brefs délais, il en subirait un coup politique. Les jeunes ne voient que lui. Les responsables de la banlieue ne les envoutent pas trop en raison de l’image désastreuse qu’ils donnent à la politique. Les Maires d’arrondissement comme les Maire de Ville ne leur ont pas encore présenté des bilans qui forgent la confiance.

En prenant ces engagements dans ce grenier électoral de la banlieue, il prend des risques inspirés par l’enthousiasme des masses, de ces nombreux jeunes et femmes qui ne se sont pas déplacés gratuitement pour l’ovationner. Aucun cadeau ne lui sera fait s’il ne les réalise pas, surtout en cette période de vacances et de saison sportive qui commence.

Voir aussi

dionne-valls

FINANCEMENT DU PLAN SENEGAL EMERGENT 317 MILLIARDS DE F CFA D’APPORT DE LA FRANCE DEPUIS 2014

Le Premier ministre français Manuel Valls, en visite à Dakar depuis  jeudi,  et son homologue …