POLITIQUE

MACKY FACE A DE NOUVEAUX FRONTS Les frustrés du HCCT sur le pied de guerre

  • Date: 27 octobre 2016

Ils sont nombreux après la sortie de la liste des 80 conseillers devant compléter la liste des membres de la nouvelle institution qui est le haut Conseil des collectivités territoriales (HCCT).

Comme on l’a toujours soupçonné, les non-casés, ceux qui sont laissés en rade, râlent. De Macky 2012 à la coalition « les Républicains Doomirewmi », les critiques vont bon train. Certains comme les compagnons de Me El Hadji, réunis dans une autre coalition, n’hésitent pas à exprimer leur mécontentement face à ce qu’ils appellent la discrimination en faveur du Parti socialiste et d’autres partis de la mouvance présidentielle comme l’Afp, le Pit et la Ld.

Il est en effet impossible pour ces membres de l’Alliance pour la république (Apr) et ces alliés de concevoir le fait de n’avoir pas bénéficié d’un poste au sein de cette institution. Car cela sonne comme étant la dernière occasion ratée d’être casé pour ce premier mandat de Macky Sall.

Alors, ils râlent. Et en public. Ils osent se présenter devant l’opinion pour dire leur frustration. Laquelle masque mal une réalité : l’engagement politique n’est qu’un mode d’ascension sociale pour ces nombreux hommes politiques. Pis, les coalitions de partis ne sont rien d’autre qu’une manière de se faire remorquer pour accéder à des postes de responsabilités.

Cette donne est tellement vraie au Sénégal qu’il fut un temps où tous les ministres défénestrés trouvent le moyen d’actionner leurs militants pour protester.

 Malheureusement pour le président Macky Sall, cela donne du crédit à ceux qui pensent et disent tout haut que ces nombreuses institutions comme le Hcct ne sont rien d’autre que des moyens de caser la nombreuse clientèle politique.

Il est alors dommage de constater que le Hcct ne suffit pas à remorquer tout le monde. Budgétivore, les raisons de sa mise en place sont sujettes à caution comme du reste beaucoup d’autres institutions moins prestigieuses comme le Haut conseil du dialogue social.

Mais, ce qui fruste dans le camp présidentiel, c’est surtout le fait que la part belle a été faite à des alliés et à des transhumants.

Les conséquences de tout cela, c’est la sanction politique inévitable de certains militants et alliés qui n’hésiteront pas à aller vers l’opposition. Il sera difficile pour certains d’entre eux d’accepter cet état de fait, eux qui se disent avoir été là durant la période des vaches maigres.

C’est pourtant ce que voulait éviter Macky en mettant en place une institution telle que le Hcct alors qu’il avait dissous le Sénat pour des raisons budgétaires. Il est en train d’apprendre à ses dépens que l’on ne peut pas contenter tout le monde.

Il en est ainsi de certains leaders de Macky 2012, qui dénoncent le fait qu’aucun leader de leur mouvance n’a été promu. Cependant, ils oublient qu’ils ont des postes de Pca, de DG et de ministre même s’il n’est plus en fonction.

Tout pour dire que la Présidence de la République ne saurait se muer en agence de distribution de postes. Mieux, le Président de la République ne doit pas jouer ce jeu qui est somme toute assez dangereux. Et pour ce faire, il faudrait que désormais nos Chefs d’Etats travaillent à promouvoir les Sénégalais compétents, même s’ils ne s’engagent pas politiquement. L’essentiel est de faire des résultats. Et on ne peut pas en faire avec des médiocres. Ceux qui ne sont pas contents doivent bien se rendre à l’évidence que ce qui est important, c’est d’aider à faire avancer la démocratie, à sortir le pays de la pauvreté et non à leur trouver du travail. Mais c’est peut être trop leur demander.

Assane Samb

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15