Accueil / UNE / Macky et ses hommes seront jugés par la Crei

Macky et ses hommes seront jugés par la Crei

Le discours à la nation du Chef de l’Etat n’emballe pas Ousmane Sonko. Le leader des Pastef estime que Macky Sall est éloigné de la réalité

«Déjà dans la forme, le discours est long. De  plus, je suis resté sur ma faim. Mais le premier constat que je fais, c’est que tous les domaines qu’il a abordés, ce qu’il dit est éloigné de la réalité. Particulièrement sur le plan politique», a déclaré le leader de Pastef, invité sur le plateau de la 2sTv. Sur le taux de croissance annoncé par le Chef de l’Etat, M. Sonko estime qu’il est normal que le pays atteigne un tel niveau de croissance, puisque que la tendance mondiale est à ce rythme de croissance. «Même dans notre zone, nous sommes dans une tendance globale de croissance, car c’est la tendance mondiale qui le permet », a déclaré le Chef de l’Etat. Quant à la richesse créé par cette croissance, Sonko explique : «C’est vrai qu’il y a de la croissance, mais ce n’est pas une croissance pour les Sénégalais. Car notre économie est entre les mains des étrangers. Les marchés publics sont raflés par les étrangers, les ressources naturelles sont entre les mains des étrangers. Donc la richesse est exportée par les étrangers. Et cette croissance ne peut pas réduire la pauvreté. Et jusqu’à présent, les projections de croissance du Pse n’ont pas été atteints », a déclaré Ousmane Sonko.

Macky et ses hommes jugés par la Crei

Macky Sall pourrait être poursuivi en justice si Ousmane Sonko arrive au pouvoir après l’élection présidentielle du 24 février 2019. Le leader de Pastef Les Patriotes a affirmé que même s’il est foncièrement contre la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), Macky et Ses hommes vont y passer comme ce fut le cas pour  les responsables de l’ancien régime. Ensuite, poursuit-il, on procédera à la réforme de la Crei. Interpellé sur l’immunité présidentielle qui va couvrir Macky Sall après son départ du pouvoir, Ousmane Sonko a tenu à préciser que l’actuel chef de l’Etat pourrait être poursuivi pour des faits antérieurs et postérieurs à son mandat de Président de la République.

Georges E NDIAYE

À voir aussi

Exploitation des enfants: Après Human Right, Conafe épingle le Sénégal

Après Human right Watch, un nouveau rapport d’Ecpat International en partenariat avec la coalition nationale …

Corruption à l’IAAF: La Dic enquête sur Diack-fils

Les autorités judiciaires sénégalaise avaient reçu, fin avril, une commission rogatoire française du juge Renaud …