Contributions

MACKY LE BOULANGER ! (Par Oumou wane)

  • Date: 16 février 2016

Le vrai ndjomborton joue à se faire peur, nous tourne en bourrique et nous roule dans la farine. Un mandat de 5 ans ce n’est logiquement pas possible, il le sait et essaie de mettre les formes

 Double nationalité ! Comme si nous avions besoin d’ajouter cette distinction à nos maux et à nos divisions ! Non, ce débat sur la double ou bi-nationalité entretenu au sujet notamment du président Abdoulaye Wade et de son fils, Karim Wade, n’honore pas nos élus, dont la moitié d’ailleurs, depuis notre indépendance, sont des binationaux. Alors oui, je le dis ici et sans détour, ce débat est nul et non avenu ! Son seul intérêt : noyer d’autres poissons. Oui, et de gros !

Pourquoi une Commission d’enquête parlementaire pour mettre au clair la question de la double nationalité supposée de Wade ? Et pourquoi encore une fois ce débat ? La société sénégalaise n’est-elle pas déjà suffisamment «castée» et clanique, pour en rajouter ?

Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, le pays est aujourd’hui pollué en partie à cause de cette histoire. Certains conflits et autres litiges ne se règlent pas, pour la seule raison qu’il est impossible à l’un des protagonistes de s’abaisser devant l’autre et vice versa. Prenons garde donc que cette question de la «Sénégalité» traduise bien l’idée de concitoyens égaux devant la nation et non pas de compatriotes plus ou moins sénégalais.

Et la Casamance, qu’en fait-on ? Souvenons-nous de nos voisins ivoiriens. Alors que le miracle économique venait célébrer une nation unie et prospère, le concept d’Ivoirité a tout fait s’effondrer.

Rien ne nous empêche pour autant de nous interroger sur notre identité commune, car face aux grands défis de notre époque, cette question mérite une réflexion approfondie. Personnellement, sans vouloir remonter à la riche histoire et la grande diversité du peuple sénégalais qui rend sa culture si étendue et variée, ce qui m’interroge à présent c’est notre avenir.

Et l’avenir, nous allons en entendre parler, puisque le pays est suspendu à l’allocution du président de la République, prévue ce mardi 16 février. Il vient de recevoir l’avis du conseil constitutionnel sur la réduction de son mandat qui lui brûle tant les doigts dirait-on ! Quel que soit cet avis d’ailleurs, c’est le problème de Macky Sall, oui son problème à lui tout seul. Puisqu’il est élu pour un mandat de 7 ans, il veut ou il ne veut pas c’est son choix mais ce débat n’intéresse que lui et les politiciens professionnels, ceux là justement dont la croûte ne dépend que de la politique.

En attendant, nous le peuple, nous lui avons assigné une mission et nous attendons d’être convaincus qu’il y a bien un espoir pour chacun.

Oh oui, je sais bien qu’avec le PSE, Macky Sall a un plan, celui de hisser le Sénégal sur la rampe de l’émergence à l’horizon 2035. Mais a-t-il un rêve pour nous, là, immédiatement ? Celui par exemple d’une société réparée de toutes ses incivilités et de son agressivité, qui verrait les visiteurs nationaux autant que les touristes étrangers vaquer en toute sécurité. Le rêve d’une société d’éveil et d’éducation où les enfants seraient sauvés de la mendicité. Celui d’une société plus juste, aux richesses mieux partagées. Celui encore d’une économie accessible aux jeunes et non réservée aux lobbys et à leurs ministres conseillers.

Car il faut quand même le savoir, une grande partie de la léthargie dans ce pays est le fait des lobbys. Appelez-les comme vous voulez, lobbys économiques, clubs politiques, ordres confessionnels, courtiers en influence ou mercenaires du libéralisme, ils harcèlent le pouvoir et mettent la main sur la haute administration pour obtenir des faveurs personnelles, des abattements d’impôts ou mieux encore, servir des groupes privés dans lesquels ils détiennent, eux ou leurs proches de puissants intérêts, ceci au détriment de toute moralité publique et de la simple application de l’État de droit dans notre pays.

Lobby de l’énergie, du tabac, du sucre, du pétrole, du téléphone, du numérique, de la santé, de l’agriculture et j’en passe… Ils s’invitent dans le jeu démocratique pour influencer nos dirigeants, ne reculant devant rien.

Pauvres représentants de l’État et triste Président, à tout cela, il lui faut rajouter les lobbys familiaux qui font la danse du ventre pour déjeuner dans les palais et accéder aux faveurs ou à la bienveillance du Président, ce qui défie la conscience morale. Les représentants de la société civile dans leur ensemble, enfin les derniers mohicans, toujours prêts à savonner la planche du prince ou lui mettre des bâtons dans les roues s’ils ne sont pas aidés à se servir de leur position pour briguer des mandats politiques, alors que des Sénégalais plus méritants n’en ont pas la possibilité puisque inconnus du prince et étrangers à ses invitations.

Mais revenons à nos élections ! Puisqu’il nous faut voter, moi j’attendrai les législatives, c’est plus sérieux ! Tout le reste c’est du Macky, le vrai ndjomborton en réalité, qui joue à se faire peur, nous tourne en bourrique et nous roule dans la farine. Un mandat de 5 ans ce n’est logiquement pas possible, il le sait et essaie de mettre les formes.

S’il veut entendre l’attente réelle des Sénégalais et en particulier celle des jeunes générations avec une nouvelle manière de s’engager, c’est sur leur terrain qu’il doit se rendre et nous rendre le jeu clair et juste sans lobby et sans complaisance. Pas sur le terrain politique !

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15