ACTUALITE

Macky Sall à l’Ucad Une visite à haut risque

  • Date: 31 juillet 2015

 Depuis son arrivée à la tête du pays, le président de la République va, pour la première fois, rendre visite aujourd’hui aux étudiants de l’université Cheick Anta Diop de Dakar. Une visite tant attendue, mais que de risques pour Macky Sall !

La venue du président de la République à l’université Cheick Anta Diop de Dakar semble bien intéresser les étudiants qui veulent que cette visite ne soit pas seulement consacrée à de simples promesses politiques, mais plutôt à une solution à leurs problèmes. Sans quoi, ils se feront entendre. A nouveau !

Croisée à l’entrée principale du département de droit, Pauline Sambou, étudiante en 2e année de droit public, d’étaler quelques doléances : «Nous ne contestons pas la venue de Macky Sall à l’Ucad, c’est le président de tous les Sénégalais. Mais nous ne voulons pas verser dans la politique. On a suffisamment de problèmes. Les bourses ne sont pas payées. Nous avons des problèmes de logement, même si nous savons qu’il va inaugurer trois nouveaux pavillons.»

Mais, d’après la jeune ballante, ces derniers ne suffiront pas, car il y a eu la démolition, en 2012, de cinq (5) pavillons G, H, I, F, N. Et ce dernier (N), à lui seul, avait une capacité d’accueil supérieure à celle des trois nouveaux pavillons. «On n’a pas la tête à écouter, à nouveau, des promesses politiques», avertit-elle.

C’est dire la porosité en risque de cette visite présidentielle. En atteste la présence des vigiles un peu partout, d’un mouvement nommé «damay jangui», avec comme slogan «j’aime mon pays, je protège mon université». Cette prise de conscience ne semble pas toucher Djiby, étudiant en licence 2 de lettres modernes. Ce dernier assure que si Macky ne dit pas ce qu’ils veulent entendre, rien ne pourra les arrêter. Car, d’après ce natif du Sine, l’université et ses étudiants sont dans le désarroi. «Au moment où je parle, il y a des étudiants qui n’ont pas de logement et nous viennent du fin fond du Sénégal. En plus, on ne veut plus de session unique dans cette université», peste-t-il.

Le temple de la colère

Venir inaugurer trois pavillons, faire une tonne de promesses et retourner dans son douillet palais, ce n’est pas ce qu’on attend du Président Sall. «D’ailleurs, ce n’est pas ce qui va atténuer la colère de ces jeunes étudiants de première année», a confié l’un des membres du mouvement campus 2. «On acceptera tout sauf de la politique. Ici, tout est priorité. Chevauchement des années académiques, manque d’infrastructures, déficit criard d’enseignants, grèves répétitives, non-paiement des bourses et bientôt la fermeture du campus universitaire, bien avant les examens. On devrait nous laisser exposer nos doléances au chef de l’Etat, nous-mêmes. Car ces gens ne connaissent pas nos difficultés», a poursuivi l’étudiant, selon qui, la plupart de ces gens sont des cartouchards qui ne roulent que pour leurs intérêts personnels : ils sont dans de bonnes conditions et ne se plaignent de rien.

De l’autre côté, un lot de voitures avec à bord de nombreux étudiants en tee-shirt blanc à l’effigie du président Macky Sall, dont le plus visible avait en main un micro, haranguant ses pairs à ne pas recourir à la violence, comme cela a été le cas, lors de a venue du ministre de l’enseignement supérieur.

Son propos appelle à venir accueillir en masse le président Sall, arguant que face à la menace qui pèse sur l’étudiant, seul, le successeur de Me Wade est à même de produire la panacée. Laïus qui ne semble pas passer. Dans son auditoire, une voix anonyme glissant : «personne ne peut nous forcer à faire ce qu’on n’a pas envie de faire.»

Khady Thiam COLY (Stagiaire)

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15