Accueil / ECONOMIE / Macky Sall fait son bilan

Macky Sall fait son bilan

Dans son message à la nation, le Président de la République, Macky Sall, a fait un bilan des réalisations de son premier mandat, avant la présidentielle du 24 février 2019. A cette occasion, il a annoncé la réception des travaux du TER, l’inauguration du pont sur le Fleuve Gambie, celle de la 2ème section de la VDN et des tronçons autoroutiers AIBD-Thiès et AIBD-Mbour, au courant du mois de janvier.

 Janvier 2019 sera rude pour Macky Sall. Ce mois sera marqué par les  inaugurations du pont sur le Fleuve Gambie, de la 2ème section de la VDN et des tronçons autoroutiers AIBD-Thiès et AIBD-Mbour, et le lancement du projet d’autoroute Mbour-Fatick-Kaolack. A cela s’ajoutent la réception des travaux du TER et celle du premier de ses deux gros porteurs de dernière génération, Airbus 330-900 NEO.

Réception du TER,  le 14 janvier

« Je suis heureux d’annoncer la réception, ce 14 janvier, du chantier du Train Express Régional, d’une capacité de transport de 115 000 passagers par jour », a déclaré le Chef de l’Etat Macky Sall. C’est lors de son message à la nation du nouvel an, ce 31 décembre 2018. A l’en croire, cette révolution majeure dans notre système de transport public ; illustre les aspirations au progrès et au mieux-être. Les Sénégalais méritent bien de voyager dans les meilleures conditions de ponctualité, de sécurité et de confort. Voilà tout le sens du TER, qui sera jumelé à un système de Bus Transit Rapide et prolongé jusqu’à l’aéroport international Blaise Diagne.

Inauguration du pont de la Gambie le 21 janvier 2019

Poursuivant son discours, Macky Sall a informé qu’il procédera,  avec mon homologue gambien, à l’inauguration, ce 21 janvier, du pont sur le Fleuve Gambie. Ce qui est une bonne nouvelle pour les usagers de la Transgambienne. Cet ouvrage, selon lui, mettra fin à la longue et pénible traversée du fleuve, et contribuera au désenclavement des régions méridionales du pays.

Réception d’un des Airbus 330-900 NEO,  le 31 janvier

Pour ce qui est du transport aérien, après le lancement, le 21 décembre dernier, des travaux de reconstruction complète de 5 aéroports régionaux, « notre compagnie nationale, Air Sénégal, recevra, ce 31 janvier, à l’aéroport international Blaise Diagne, le premier de ses deux gros porteurs de dernière génération, Airbus 330-900 NEO », a informé Macky Sall. Et d’ajouter : « Si nous déployons autant d’efforts sur les infrastructures, c’est que jamais un pays ne peut se développer sans infrastructures. Pour lui, les infrastructures décloisonnent et valorisent nos terroirs, favorisent la libre circulation des personnes et des biens, renforcent l’intégration et la cohésion nationales. Elles nous font ainsi gagner du temps et en productivité tout en constituant un patrimoine pour les générations futures.

Inaugurations 2e section de la VDN et des autoroutes AIBD-Thiès et AIBD-Mbour en Janvier

D’après lui, ils ont achevé un vaste programme de 43 projets d’infrastructures routières, sur un linéaire de 1 762 km. D’autres chantiers routiers se poursuivent sur la dorsale de l’île à Morphil et les axes Ndioum-Ourossogui-Bakel-Kidira-Goudiry-Tambacounda ; Kédougou-Salémata ; Dialocoto-Mako ; et Dabo-Fafacourou-Médina Yoro Foulah-Pata-Kolda. Avec la mise en service de l’autoroute Ila Touba, le patrimoine autoroutier est passé de 32 km, en 2011, à 221 km aujourd’hui. Ainsi, en janvier, le Chef de l’Etat procèdera à l’inauguration de la 2ème section de la VDN et des tronçons autoroutiers AIBD-Thiès et AIBD-Mbour, suivie du lancement du projet d’autoroute Mbour-Fatick-Kaolack. « Grâce à nos réalisations, notre réseau routier est aujourd’hui l’un des plus denses en Afrique », a   fait  savoir  le  Chef de l’Etat.

 Une unité de fabrique de pirogues en fibre de verre début 2019

Le secteur de la pêche, occupant plus de 600 000 acteurs, contribue fortement à nourrir la nation et à générer des recettes d’exportation. « Nous poursuivons nos efforts par la construction de nouveaux quais de pêche à Mboro, Fass Boye, Rufisque,  Foundiougne, Elinking, Kafountine, Cap Skiring, Niaguiss, Diogué, Bignona, Ziguinchor et  Ndangane Sambou » a-t-il indiqué. A cela s’ajoutent l’installation, début 2019, d’une unité de fabrique de pirogues en fibre de verre, en remplacement progressif des pirogues en bois ; la subvention d’un million de franc CFA par moteur de pirogue ; un nouveau programme d’acquisition de 19 complexes et 76 camions frigorifiques ; la subvention annuelle de 20 000 gilets de pêcheurs ;  l’extension de la phase pilote du projet de géolocalisation, pour sécuriser la pêche artisanale en facilitant le sauvetage en mer.

Poursuivant son discours, le Chef de l’Etat a souligné que l’agriculture reste un secteur vital de notre développement. « Nous y avons consacré d’importants investissements pour l’augmentation des superficies emblavées, la maîtrise de l’eau, la création de Domaines agricoles communautaires pour les jeunes, la subvention des matériels et intrants agricoles, l’amélioration de la qualité des semences et la diversification des filières », s’est-il glorifié. D’après  Macky Sall, avec la modernisation progressive du secteur, toutes « nos » productions agricoles sont en hausse, et plusieurs filières affichent des niveaux jamais atteints depuis l’indépendance. Pour la présente campagne, malgré un début d’hivernage déficitaire, des mesures palliatives ont permis des résultats satisfaisants, y compris pour le riz, avec 1 132 795 tonnes. Il en est de même de la production horticole et arachidière, établie cette année à 1 432 000 tonnes. C’est dire que l’autosuffisance alimentaire en produits agricoles de base est désormais à leur portée. A cet effet, il a loué les efforts consentis pour l’élevage, avec les dotations budgétaires qui ont augmenté de 160% entre le budget de 2012 et celui de 2019. Parmi les  réalisations, le Président de la République a cité la clôture entière du ranch Djibo Leyti Ka de Dolly, sur 125 km, avec des ouvrages hydrauliques et électriques ainsi que des pistes ; la création d’un Fonds de résilience aux aléas, directement géré par les éleveurs pour faire face aux périodes de soudure ; le soutien aux éleveurs sinistrés au dernier hivernage et la promotion de l’insémination artificielle pour l’amélioration génétique du cheptel.

Revenant largement sur le plan économique, il a laissé entendre que « nos» performances sont à présent appréciables, avec un taux de croissance de 7,2%, en fin 2017, et une moyenne annuelle de 6,6% depuis le lancement du PSE. « Notre taux d’endettement se situe actuellement à 47,7% de notre PIB, et reste largement en dessous de la norme communautaire de l’UEMOA fixée à 70% », a-t-il soutenu. Ainsi, il a rappelé qu’en 2012, la situation économique sénégalaise était marquée par une croissance faible et erratique de 1,7% et un déficit budgétaire de plus de 6,7% du PIB.

Notre pays est crédible 

En effet, la réussite de la première phase et le succès ‘’éclatant’’ du lancement de la Phase II du PSE confirment, dira Macky, que « nous sommes sur la bonne voie(…). Cette confiance renouvelée est à notre crédit collectif. Nos partenaires nous font confiance parce que notre pays est crédible au plan politique ; notre vision de développement économique et sociale est cohérente ; notre diplomatie est respectée, et nos amitiés sont solides à travers le monde ».  Pour sa part, depuis 2012, M. Sall s’est évertué à rester à l’écoute et au service de la population, toujours dans le temps utile, le temps de l’action qui, seule, produit des résultats.

 

Zachari BADJI

À voir aussi

Légère dégradation du climat des affaires au Sénégal

Le climat des affaires s’est dégradé de 0,8 point, en variation mensuelle au mois d’avril …

Lutte contre le blanchiment de capitaux: le Sénégal pour l’implication du secteur privé

Pour décloisonner l’action des autorités d’enquête et de poursuites, le secteur privé doit être impliqué …