25 octobre, 2014
Accueil » SOCIETE » Macky Sall cède aux bijoutiers une partie de l’exploitation de l’or : Moussa Niang, président national des bijoutiers, aux anges
Macky Sall cède aux bijoutiers une partie de l’exploitation de l’or :  Moussa Niang, président national des bijoutiers, aux anges

Macky Sall cède aux bijoutiers une partie de l’exploitation de l’or : Moussa Niang, président national des bijoutiers, aux anges

Moussa Niang, président national des bijoutiers du Sénégal, a fait part, hier jeudi, de sa joie d’entendre le président Macky Sall, décider de céder aux bijoutiers du Sénégal sur les contrats ayant trait à l’exploitation de l’Or dans le pays.
Après la visite du Président aux USA, le ministre de l’Energie et des Mines, Aly Ngouille Ndiaye avait un signé, avec l’ancien Premier ministre canadien, Jean Charest, un important protocole sur l’exploitation de l’or de Sabodala, dans la région de Kédougou. Ainsi, en tant qu’actionnaire de «Téranga Gold», le Sénégal va recevoir des recettes d’un montant de 400 millions de dollars, soit environ 180 milliards de FCfa. «J’ai accueilli la nouvelle avec joie. Nous remercions le chef de l’Etat pour sa volonté de satisfaire une doléance vieille de plus de 20ans. Notre souhait était d’avoir une source d’approvisionnement sécurisée. Aussi, l’association nationale des bijoutiers magnifie-t-elle le geste du chef de l’état car, dans son discours, malgré les multiples problèmes à tous les secteurs de la vie, le Président a pensé à notre secteur», a rappelé Moussa Niang, selon qui, la mesure initiée par les autorités doit servir de motif économique et les engage à une bonne conduite. Satisfait, il dit encourager le président de la République Macky Sall qui pousse, ainsi, les jeunes à revenir dans les ateliers. «Mieux, ça consolide l’industrie de la bijouterie locale, pour aboutir à une production de qualité du label Sénégal», soulignera le président de l’Anbs. Néanmoins, M. Niang dit leur intention d’être vigilants par rapport à la mise en œuvre de la mesure. «Nous voulons être impliqués en amont et en aval. Il y va de l’intérêt du pays car, cette mesure nous apportent de la richesse, avec un impact réel sur la balance commerciale», a-t-il conclu.

Cheikh Moussa Sarr

REWMI QUOTIDIEN