Accueil / ECONOMIE / Macky Sall: «Il n’y a pas de malédiction du pétrole qui tienne »

Macky Sall: «Il n’y a pas de malédiction du pétrole qui tienne »

Le Président de la République, Macky Sall,  a présidé hier la concertation nationale sur la gestion des recettes issues de l’exploitation du pétrole et du gaz. Cette rencontre a réuni, entre autres, des chefs religieux et coutumiers, des acteurs de la société civile.

«Je voudrais qu’on évite  le terme malédiction. Il n’y a pas de malédiction du pétrole qui tienne. Il y a de  la  malédiction  pour ceux  qui n’ont pas pu faire un bon  usage des ressources que  la nature  leur a donné. Il faut donc éviter de tomber  dans cela », a déclaré Macky Sall hier à Diamniadio.  Il répondait aux  préoccupations de certains intervenants. C’est lors la de concertation nationale sur l’exploitation des ressources pétrolières et gazières, que l’opposition majoritaire  a boycotté. Selon lui,  il existe des pays qui sont des modèles  de réussite  et de gestion de  leurs ressources. Ce qui  a poussé  le  Président de la République à s’interroger : Pourquoi nous devons être dans le registre  de la malédiction  et non  pas de la bénédiction ?  « Si nous continuons  cette discussion nationale et renforçons  la transparence dans la gestion,  ces ressources suffiront pour le développement  réel du pays,  au bénéfice des populations », a-t-il soutenu. Et d’ajouter : «  Il ne peut  pas avoir de malédiction. Nous devrons prévenir les risques. Vous avez raison, il y a des risques  parce qu’il y a des ressources pétrolières, gazières, minières ou autres. Cela crée une convoitise car des pays  voudront  semer la confusion  entre les nationaux, parfois même  financer  une rébellion ».   Sur ce,  le Chef de l’Etat a  fait savoir  qu’il faut faire  confiance  au peuple sénégalais qui est mature et qui sait ce qu’il veut  et faire  la différence.

Garantir une gestion  prudente,  sereine, inclusive et durable des  ressources pétrolières et gazières 

Mais ce sont  des risques auxquels  il faut faire face.  « Je pense  que  chaque fois que nous devrons mettre en avant les intérêts supérieurs du pays à travers cette concertation, l’amélioration du cadre qui encadre ses activités. Le Sénégal  est aujourd’hui dans un espace secoué », a-t-il souligné. Et de poursuivre : «Nous devons  rester optimistes dans cette perceptive puisque  nous avons posé le débat qu’il faut au temps qu’il faut ». A l’en croire, on n’a pas attendu d’être dans des scandales pétroliers pour commencer à réfléchir à ce qu’il faut faire.  De ce fait, souligne-t-il : « Nous allons anticiper et nous sommes en train de modifier le code pétrolier pour le rendre plus conforme aux intérêts nationaux ».

Revenant  cette  concertation, Macky Sall est d’avis que cette journée marque une étape importante dans le processus d’exploitation des hydrocarbures du Sénégal. Elle s’inscrit dans son ambition renouvelée de garantir une gestion  prudente,  sereine, inclusive et durable de « nos » ressources  pétrolières  et gazières  et d’en maîtriser  les énormes enjeux géostratégiques qui sont d’ordre sécuritaire, socio-économique et  écologique. « Voilà pourquoi j’ai  souhaité  engager avec toutes les forces vives  de la nation, une réflexion prospective  sur l’utilisation  futures  des  revenus du pétrole  et du gaz,  même si les premiers  barils  ne seront produits que vers 2021 et 2022 », a-t-il expliqué.

Zachari BADJI

 

À voir aussi

Rufisque offshore : Total cède 30% à Petronas

La Malaisie met les pieds dans le pétrole sénégalais. Selon Les Echos, Total a cédé …

Mboumba: Le Puma injecte 30 millions pour réhabiliter la canalisation

30 millions de nos francs, c’est le montant que le Puma a injecté pour la …