ACTUALITE

MACKY SALL Un discours loin des actes

  • Date: 15 novembre 2016

Aux Etats-Unis, Macky Sall a tenu, devant des gens de son parti, APR, un discours d’avant-garde en soutenant que le Sénégal a dépassé l’ère de la gestion gabégique des ressources à des fins partisanes. Cela suppose qu’il veut opérer une rupture radicale par rapport aux pratiques surannées des régimes antérieurs. Il veut changer et le dit  avec une sincérité de cœur déclamée par un esprit conscient des exigences d’une gouvernance vertueuse.

Certes, il est Chef de l’Etat, mais il est un chef de parti qui ne peut se départir des contingences politiques auxquelles il est obligé de se soumettre, au risque d’occire son appareil politique. Son discours est un silo de volonté de gouverner en vue du bien commun, d’imposer à ceux à qui il a confié des responsabilités, une obligation de résultats et de comptes rendus et de gérer les finances publiques avec équité et transparence. Mais il n’y parvient pas, étant menotté par de lourdes contraintes politiques.

Son discours est beau et bon. Mais il est très loin des actes qu’il pose et de la gouvernance menée par certains de ses Ministres, Directeurs de Sociétés nationales ou de Service public. La patrie avant le parti et la gouvernance sobre et vertueuse n’étaient que des stratégies électoralistes. Son parti prime largement sur la patrie et sa gouvernance n’est ni sobre, ni vertueuse.

La gabegie à des fins partisanes.

Le rapport de l’OFNAC sous Nafi Ngom Keita a mis à nu une gestion prédatrice des finances publiques. Pourtant, Macky Sall prônait et prône encore une gouvernance sobre et vertueuse. Or, des gens de son propre régime ont été épinglés pour une gestion prédatrice de finances publiques. Il ne les punit pas, mais sanctionne plutôt celle qui a osé rendre publique cette gabegie de ressources dont il dit être révolue.

Avec l’OFNAC, les Sénégalais ont découvert une dilapidation des finances publiques par une gestion désinvolte et ravageuse, et une tromperie du suffrage électoral. Mais l’esprit partisan, a amené Macky Sall à mettre les coudes sur ce rapport dont la responsable Nafi Ngom Keita méritait d’être auréolée du diadème de la performance pour un travail accompli avec clairvoyance.

Aucun sort n’a non plus été réservé au rapport de l’IGE sur le scandale financier révélé à l’ADS que dirige Pape Maël Diop de l’APR et au quotidien national Le Soleil. L’IGE a bien révélé une gabegie de ressources. L’ère de la gabegie est-elle donc révolue ? Combien de scandales révèle-t-on dans certaines Agences et Sociétés nationales ? La gabegie est bien encore dans le Macky et Macky Sall ne peut la contenir. Elle n’est donc pas révolue.

Le parti et rien que le parti

Face à ses camarades des Etats-Unis, Macky Sall affirme que la promotion (sic) ou l’accès à des fonctions de responsabilité ne se fait plus selon qu’on est du parti ou pas, mais sur la base de la compétence et de l’engagement au service de la communauté et du pays.

Pourtant, il fait le contraire. Son gouvernement a des Ministres d’une compétence indiscutable, mais on y trouve aussi des personnes nommées en raison de leur proximité avec Madame ou de leur activisme militant.

Ce qui se passe à l’Assemblée nationale et la création du HCCT est une extrême politisation des Institutions dans la logique d’un clientélisme partisan.

On accède au gouvernement et on y reste par la filière de l’APR. Les Ministres technocrates qui n’ont jamais été connus d’un parti, se sont vus dans l’obligation de militer ou de partir. Le Premier ministre qui a toujours été loin des sphères partisanes, a investi Gossas dans un meeting monstre pour se faire une base politique.

Abdoulaye Daouda Diallo est parti chercher une base au Fouta sous le sceau de l’APR, le technocrate Amadou Ba se démène dans les Parcelles assainies, Dr. Eva Marie Coll Seck œuvre a réactiver son Mouvement machiste COMEVA, l’effacé Matar Cissé, DG de la Sénélec, travaille à une base à Dagana. La liste est longue.

Aujourd’hui, les rapports de l’OFNAC et de l’IGE et l’architecture des Institution, de l’Administration gouvernante et du Gouvernement, démentent Macky Sall. Le parti prime sur la patrie. La gestion gabégique n’est pas encore révolue ! Le discours est donc loin des actes.

Le Piroguier

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15