Accueil / Grand une / Macky tacle les syndicalistes «On ne peut pas dire ‘’diokhma-diokhma’’ « 

Macky tacle les syndicalistes «On ne peut pas dire ‘’diokhma-diokhma’’ « 

«On ne peut pas dire ‘’diokhma-diokhma’’ et en retour il n’y a pas de compensation…». C’est la petite pique que le Chef de l’Etat a adressée aux syndicalistes, lors de la remise des cahiers de doléances au palais de la République.
La fête internationale du travail a été célébrée, ce 1er Mai un peu partout dans le monde. Au Sénégal, le Chef de l’Etat a reçu les cahiers de doléances des dirigeants syndicaux au Palais de la République. Mais il semble être déçu de la manière dont les syndicats conduisent le mouvement social. « Beaucoup a été fait ces 6 dernières années, raison pour laquelle j’en appelle à la responsabilité des leaders syndicaux pour construite ensemble une paix sociale durable, propice à la productivité au travail. On ne peut pas sans croissance satisfaire les revendications. Il faut la productivité pour que l’économie soit compétitive. On ne peut pas dire « diokhma-diokhma » et en retour il n’y a pas de compensation », a-t-il martelé. Avant d’en rajouter cette couche : « Ce n’est pas durable, il faut que l’on continue à travailler à cette paix sociale et qu’elle soit propice à la productivité ». Macky Sall a, par ailleurs, rappelé les efforts du Gouvernement pour la stabilité sociale.

Les conseils de Guiro

Le Secrétaire général de la CNTS, Mody Guiro, qui a défendu les travailleurs pour des conditions de travail plus reluisantes devant Macky, a relevé les efforts consentis par le gouvernement dans sa politique de promotion de l’emploi. Auparavant, la coalition des centrales syndicales a tenu un rassemblement à la Place de la Nation (ex-Obélisque) pour fêter le 1er mai. Selon les syndicalistes, plusieurs secteurs d’activités sont en difficultés en ce moment au Sénégal. Ils réclament de ce fait de meilleures conditions de travail. Toutefois, relève Mody Guiro, un des responsables de cette coalition, « la grève est une arme fatale que les travailleurs ne doivent pas utiliser tout le temps » au risque de saper l’économie. « Nous avons énormément de revendications parce que cette fête est commémorée dans un environnement de crise sociale ponctuée par des grèves récurrentes dans le secteur de l’éducation, de la santé, du nettoiement », lance le syndicaliste. Pour une revalorisation des salaires minimums, les syndicats vont toujours aller en grève. Et l’arme des travailleurs, on ne l’utilise pas tout le temps. C’est une arme fatale que vous devez utiliser en dernier recours. On ne s’amuse pas avec la grève en tant que centrale syndicale », lance-t-il.

Samba Sy calme le jeu

Face aux revendications qui montent, Samba Sy, Ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions, s’est exprimé en marge du rassemblement de la coalition des centrales syndicales. Le Ministre du Travail s’est exprimé pour tenter de calmer les inquiétudes de ces dernières. « Nous avons en tant que département ministériel, un commerce régulier avec les secrétaires généraux des centrales, notamment les plus représentatifs de notre pays », dira Samba Sy. Qui constate par ailleurs que « sous beaucoup de rapports, nous sommes en phase. » « Ensemble, nous sommes en train d’évaluer l’étape historique que notre pays est en train de traverser. Ensemble, nous mesurons les pas qui sont faits », se réjouit-t-il. D’autant que, poursuit Samba SY, « notre pays est en train de faire des performances économiques notables. Ce que les autorités sont en train de faire, c’est de renforcer la Direction générale du Travail. »
Khady T COLY

À voir aussi

Le Sénégal demande le licenciement du présentateur de la BBC

Le Sénégal est l’une des belles surprises de la phase de groupes de cette Coupe …

Meurtre de Me Babacar Sèye : Tanor et Bruno Diatta cités !

Bruno Diatta, Ousmane Tanor Dieng, Madieng Khary Dieng, Youssou Ndiaye, Andresia Vaz et Famara Ibrajima …