31 juillet, 2014
Accueil » SOCIETE » MADANY SY DANS LA REVENDICATION DES SALAIRES « Nous ne sommes pas des ordures, qu’on respecte les techniciens de surface »
MADANY SY DANS LA REVENDICATION DES SALAIRES  « Nous ne sommes pas des ordures, qu’on respecte les techniciens de surface »

MADANY SY DANS LA REVENDICATION DES SALAIRES « Nous ne sommes pas des ordures, qu’on respecte les techniciens de surface »

Les travailleurs du nettoiement sont en arrêt de travail. Ils courent, depuis un certain temps, derrière leur salaire. Selon Madany Sy, secrétaire général de leur syndicat, c’est un manque de considération que de ne pas respecter les droits des pères de famille qui vivent de leur salaire.

Les travailleurs du nettoiement réclament des arriérés de salaire, au nouveau gouvernement. Ainsi, ont-ils marqué un arrêt de travail, depuis au moins, trois jours. Une situation qui indispose la population qui n’en peut plus de respirer l’odeur nauséabonde des ordures. En effet, les tas d’immondices dominent les décors des artères de la ville. Et selon Madany Sy, c’est un manque de considération à leur égard. «Ce n’est pas parce que nous avons pris la responsabilité de ramasser des ordures, que nous devons être considérés comme telles », tonne-t-il. Pour lui, en matière de salaire, on ne marque pas d’état de grâce, parce que c’est le minimum vital. Aussi, a-t-il informé, que s’il est vrai que les hommes passent et les institutions demeurent, le gouvernement d’Abdoul Mbaye devrait sécuriser leur salaire. C’est pourquoi, il a averti qu’ils ne lâcheront pas prise, avant de recouvrer la satisfaction totale. Il a toutefois réfuté la thèse de grève, parce que, pour lui, il faut d’abord un préavis pour le faire mais, le code du travail doit autoriser, à tout travailleur, de manifester sa colère. Une bataille entre Etat et syndicat qui se répercute sur la société qui, de surcroit, souffre des méfaits et effets secondaires. Les populations, ayant constaté que les voitures de ramassage ne passent plus, déposent leurs ordures dans la rue, tout en étant conscientes du danger. Et Madany Sy de rajouter : « on parle d’épidémie de méningite mais, le choléra guette ».

Yandé DIOP

REWMI QUOTIDIEN