Accueil / ACTUALITES / Mademba Sock-Wade, échanges de propos autour de 600 millions

Mademba Sock-Wade, échanges de propos autour de 600 millions

Le secrétaire général de l’Union Nationale des Syndicats Autonomes du Sénégal (Unsas), n’a rien perdu de sa réputation de grand revendicateur. La traditionnelle cérémonie de présentation des cahiers de doléances a été l’occasion pour Mademba Sock de montrer qu’il n’a perdu aucun pouce de sa verve. Pendant plus d’une dizaine de minutes, le célèbre syndicaliste a tenu tête au président de la République à propos d’une subvention de 600 millions que Wade aurait promis aux organisations professionnelles. Retour sur le seul moment chaud d’une cérémonie empreinte de cordialité. Jusqu’aux révélations…

Source : L’Observateur

Il est 16 heures 10 minutes à la salle des banquets du palais présidentiel. Les préposés à l’organisation de la cérémonie de présentation des cahiers de doléances ont fini d’installer les convives. Qui n’attendent plus que le chef de l’Etat. Les responsables syndicaux des dix-huit organisations professionnelles sont présents : Mbaye Guèye, Diatou Cissé Badiane, Ibra Diouf Niokhobay, Mademba Sock. Ce dernier palabre amicalement avec certains de ses camarades. Sans doute ne savait-il pas qu’il deviendrait quelques instants plus tard, l’attraction de la cérémonie. À l’arrivée du Président déjà, le secrétaire général de l’Unsas se signale. Puisque régnait une relative chaleur dans la salle, Sock, chemise beige sous un costume marron et une cravate assortie, se lève et se dirige vers Wade pour demander une solution, car en plus de la chaleur, la salle était un peu sombre. Et le président de la République de donner ordre pour qu’on mette en marche les splits et tire les rideaux. «Une réclamation de satisfaite, déjà !», se félicite Wade qui suscite par la même occasion le rire général. Depuis, une atmosphère normale dans la salle. Rien à signaler. Les syndicalistes se succédant au micro, pour trois minutes, suivant l’ordre alphabétique des sigles de leurs organisations, Cdsa, Cdts,…, Udts. Jusqu’à ce que vienne le tour de l’Unsas et de son secrétaire M. Sock. Qui effleure les problèmes de la mobilité urbaine et des élections de représentativité des organisations professionnelles avant de se racler la gorge. Comme pour commencer les choses sérieuses. «Mr le Président, je ne vais pas faire comme les autres, (vous féliciter) à propos de la subvention pour l’organisation de la journée (3millions, ndlr).» Il signale dans la même veine, avoir refusé pour des raisons de principe, de recevoir ladite prime. Car dit-il, «nous ne devons pas être dans une logique d’accepter cette prime comme une offrande, nous devons recevoir la subvention dans la dignité.» Et le célèbre syndicaliste de faire une révélation qui fera objet de fait du jour. Sock- Je vous rappelle, monsieur le Président, que nous sommes toujours dans l’attente des 600millions que vous nous aviez promis. Wade- Quand est-ce que je vous avais promis 600millions ? (Il se retourne vers le Premier ministre à sa droite et demande d’un geste de la main à Sock de continuer.) Sock- Non, quand je parle, on m’écoute. J’attends que vous finissiez. Wade- Je ne me souviens pas vous avoir promis 600millions, de toute façon, si c’est le cas, je le ferai. Sock- Si Mr le Président, vous l’aviez promis Wade- D’accord, mais dites-moi quand ! Je suis un humain quand même, il se peut que je l’aie oublié ! Sock- Vous pouvez peut-être l’avoir oublié, mais moi et mes camarades non, ils peuvent en témoigner. Vous nous aviez reçus en audience et je vous avais parlé de l’exemple du Bénin qui accorde une subvention de 500 millions aux organisations professionnelles et vous aviez dit que vous en donnerez 600. Wade- Écoutez-moi, vous n’avez pas peur du dialogue quand même. Certains m’ont parlé de bourse du travail et je leur ai dit que je ne peux pas accorder une maison à toutes les organisations. En tout cas, j’ai donné 500 millions à la Cnts sur sa demande, ensuite 100millions aux brûlés de l’incendie de leur bourse du travail. Ça doit être ça. Sock- Avez-vous terminé Mr le Président, je peux y aller ? Ça n’a rien à voir. Je sais bien de quoi je parle. Je suis venu vous voir, au cours des discussions, je vous ai donné l’exemple du Bénin qui accorde annuellement 5000millions aux centrales syndicales, vous avez dit que vous donnerez 600millions. Ensuite, je vous ai demandé si je pouvais l’annoncer, vous m’avez dit oui. Vous avez appelé les caméras de la télévision nationale pour le faire, un communiqué du conseil des ministres l’avait même évoqué. Wade- Mais prouvez-le ; si c’est vrai, je le règle tout de suite. Je mets à votre disposition les images de la télévision et si vous voulez même les communiqués des conseils des ministres. Tout est gardé en archives. Sock- Ces archives ne me sont d’aucune utilité. Je ne suis pas l’Etat, l’Etat c’est vous. Je ne suis tenu que de vous rappeler vos engagements. Sur ce, le Président et l’assistance, visiblement courroucés, se mettent à jeter quelques commentaires. Pendant ce temps, le sulfureux syndicaliste, peu ému par ce spectacle, termine son speech et se dirige tranquillement vers son siège. Comme il était venu. Avant de s’asseoir, il ne s’empêcha pas de murmurer un «way man damalèn f…». Cent commentaires !


À voir aussi

 Des étudiants Sénégalais remportent le Prix «Ericsson innovation Awards 2018 » 

Le 1er prix du concours annuel « Ericsson Innovation Awards 2018 » organisé en Suède a été …

Les 15 millions de Macky divisent le Stade Mbour

Le chef de l’État, qui recevait jeudi dernier les parents des victimes mbouroises (8 morts) …