Accueil / SOCIETE / Maguette Coly, coordonnateur du comité communal pour la protection de l’enfant  «Il est important de former les éducateurs»

Maguette Coly, coordonnateur du comité communal pour la protection de l’enfant  «Il est important de former les éducateurs»

 La mort du talibé de 12 ans attise l’ire de beaucoup d’organisations de la société civile et autres défenseurs des droits des enfants. Entre dénonciations du manque de formation des éducateurs et appels à la prise de responsabilité étatique, ce sujet défraie la chronique en banlieue.

Pour Maguette Coly, il est important d’inculquer un certain nombre de formations aux éducateurs et enseignants. Dimanche dernier, un élève a été tué par son marabout qui se trouve actuellement entre les mains de la police. Si des troupes envahissent toujours les lieux du drame, exprimant leur incompréhension, parmi les autorités et acteurs pour la cause des enfants sur place, Maguette Coly, coordonnateur du comité communal pour la protection de l’enfant, persiste et signe que la formation des éducateurs ne doit pas être négligée. «Dans le cadre pédagogique et dans le cadre de la prise en charge des enfants, il est important d’inculquer un certain nombre de formations aux éducateurs. Dans la psychologie de l’enfant, les gens font toujours des erreurs d’appréciation», dit-il, appelant à savoir ménager cette fragilité qui ne doit point être violentée. Les gens, notamment les propriétaires des Dahras viennent en banlieue pour fuir la cherté de la location en centre ville. Ainsi, existe-t-il                         des Dahra qui ne sont pas aux de qualité. Il y a des gens qui se cachent derrière les Dahras pour exploiter les enfants. Des niches ont été installés dans plusieurs localités pour pouvoir identifier, dénoncer, puis prendre en charge des victimes de mauvais traitements, en collaboration avec les Badjènou Gokh, des associations de jeunes, entre autres acteurs.

Sada MBODJ

À voir aussi

Migrations internationales l’Onu dénonce les «horreurs inimaginables» subies par les migrants en Libye

Au retour d’une mission d’observateurs du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme en Libye, …

Wade refuse que l’AIBD porte son nom

L’ancien chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, a fait part mercredi à Kaolack (centre), de son …