21 septembre, 2014
Accueil » SPORT » Maitre Ndiaya Diop entraineur de l’équipe nationale de karaté : «Pour avoir un bon résultat, il faut disposer d’espaces adéquats d’entrainement et de formation»
Maitre Ndiaya Diop entraineur de l’équipe nationale de karaté :  «Pour avoir un bon résultat, il faut disposer d’espaces adéquats d’entrainement et de formation»

Maitre Ndiaya Diop entraineur de l’équipe nationale de karaté : «Pour avoir un bon résultat, il faut disposer d’espaces adéquats d’entrainement et de formation»

Nommé entraineur de l’équipe nationale de karaté, en cadets et juniors, maitre Ndiaya Diop, ceinture noire sixième Dan, affiche ses ambitions. Il souhaite ramener la médaille olympique, après avoir dénoncé les difficultés qui secouent les arts martiaux. Pour de bons résultats, Me Diop, appelle à des espaces adéquats d’entrainement et de formations.

«Mes ambitions visent à ramener la médaille olympique de karaté au Sénégal car, nous disposons de jeunes combattants professionnels mais les urgences sont nombreuses. Il s’agit d’organiser des stages et des formations pour soutenir le karaté sénégalais. Nous ne pouvons que tendre la main aux autorités. Le Sénégal a toujours été un pays champion et de référence, à travers des rencontres nationaux et internationaux. C’est cette place que nous ne devrons pas perdre», a déclaré le nouvel entraineur de l’équipe nationale du Sénégal de karaté qui déplore toujours l’insuffisance des infrastructures d’entrainement et de formation. «Le déplacement de nos élèves pour aller en compétition est un problème à résoudre. Le karaté est une discipline qui éduque», a estimé maitre Ndiaya Diop qui souligne que certaines techniques ne peuvent être appliqués que sur des tatamis et non sur du sable ou des carreaux. «Le karaté qui rapporte des médailles d’or, d’argent, de bronze est moins subventionné que les autres sports. Il nous reste à tenir des activités au stade Amadou Barry de Guèdiawaye, d’ici le 7 avril, pour diagnostiquer et prendre des mesures de développement du karaté sénégalais», a-t-il conclu.

Sada Mbodj

REWMI QUOTIDIEN