Accueil / SOCIETE / Mako, un village oublié Une seule source pour les morts et les vivants

Mako, un village oublié Une seule source pour les morts et les vivants

Le village de Mako, situé dans la communauté rurale de Tomboronkoto connaît un sérieux problème d’eau et de santé. Pour trouver de l’eau, les 3000 habitants sont obligés de boire l’eau du fleuve Gambie où les bains mortuaires sont effectués avec tous les risques possibles. Cette situation serait à l’origine de nombreuses maladies dont l’onchocercose qui fait légion dans cette partie du département de Kédougou.

Source L’Observateur
Le village de Mako, situé dans la communauté rurale de Tomboronkoto connaît un sérieux problème d’eau et de santé. Pour trouver de l’eau, les 3000 habitants sont obligés de boire l’eau du fleuve Gambie où les bains mortuaires sont effectués avec tous les risques possibles. Cette situation serait à l’origine de nombreuses maladies dont l’onchocercose qui fait légion dans cette partie du département de Kédougou.

Membre à part entière des toutes premières générations de villages du département de Kédougou, le Mako suffoque. Ce village traditionnel Mandingue ultraconservateur est confronté à de sérieux problèmes qui ont freiné son essor économique malgré les nombreuses potentialités agricoles. Composé de vieilles maisons construites en argile, il est accessible par la nationale 6 qui est la seule route praticable sur cette partie de la région orientale du Sénégal. Composé de 3000 habitants, le village de Mako est situé dans la communauté rurale de Tomboronkoto, et, il est, selon ses fils, laissé à lui-même par les pouvoirs publics ». Trouver le liquide précieux dans cette partie du Sénégal relève du miracle ou du moins du casse-tête chinois. Le seul forage construit dans cette localité ne produit que de l’eau salée et, cette eau, est impropre à la consommation. À Mako, pour étancher sa soif, les populations s’approvisionnent sur le fleuve Gambie en s’exposant à de multiples maladies comme l’onchocercose. Pour ceux qui ne s’approvisionnent pas à cette source au fleuve, ils doivent se rendre dans des zones assez lointaines, à la recherche du précieux liquide. Ce manque d’eau, selon le Président de l’Association des Jeunes de Mako, Mamadou Dione, se répercute sur l’éducation et la santé des populations. En effet, M. Dione soutient que « les villageois se rendent tous les jours au fleuve Gambie pour étancher leur soif alors que les bains mortuaires des personnes décédées dans le village se font à cette même source ». Autre casse-tête des Makois : la santé. Dans ce village à l’infrastructure sanitaire inexistant, un seul poste de santé est fonctionnel. Et un seul infirmier est mis à la disposition de la trentaine de villages que constitue la communauté rurale de Tomboronkoto. Les patients, de plus en plus nombreux, envahissent, chaque jour, le poste de santé. Déplorant cette situation, le président de la communauté rurale lance un cri du cœur aux autorités. À en croire M. Dione, « les populations ne sont pas contentes du gouvernement de l’alternance ». Pour lui, la situation dans laquelle vivent les populations de Mako est lamentable. Une situation qui, chaque jour qui passe, empire.


À voir aussi

Bébé tué à Pikine: Le récit glaçant de la mère « tueuse »

L’horreur se passe à Pikine rue 10. La jeune dame de 21 ans constate l’absence …

Hlm Grand Yoff : Un enseignant retrouvé pendu dans sa chambre

Un enseignant au collège Hyacinthe Thiandoum,  âgé d’une soixantaine d’années a été retrouvé pendu dans …