b3996e1accb6e2c0511162ca3074b5fbc1b8d9b0

Maladies tropicales négligées : Le Sénégal classé dernier

Au niveau de la sous-région, le Sénégal est parmi les derniers de la classe, en matière de lutte contre les Maladies tropicales négligées (Mtn). Pour cause, alors qu’il nous était fixé des objectifs à atteindre dans la campagne de lutte contre 5 maladies à chimiothérapie préventive, l’année dernière, à la fin de cette intervention, il est apparu que le Sénégal a fait de mauvais résultats. En effet, l’une des Mtn en l’occurrence, la Filariose lymphatique, évaluée, a permis de constater que le Sénégal n’avait pas atteint l’objectif fixé à 65 %.

« Pour chaque année, à la fin de chaque campagne, on fait une évaluation nationale, mais il y a aussi, une évaluation internationale. Alors, à la fin de l’évaluation internationale, le Sénégal est classé parmi les derniers avec sa couverture qui était très faible. Nous occupons les dernières places en termes de couverture de lutte contre la filariose lymphatique. Ce, derrière les pays de la sous-région ouest-africaine, en l’occurrence le Mali, le Niger, etc. », a indiqué Dr Babacar Fall, représentant du Rti (Institut de recherche triangulaire, une agence technique de l’Usaid qui appuie le Ministère de la Santé et de l’Action sociale dans la lutte contre les Mtn).

À l’origine de cette situation, Dr Fall précise que « notre taux de couverture qui n’était pas du tout bon a contribué à ce classement du Sénégal parmi les derniers de la liste. Donc le taux de couverture était faible et lorsqu’on compare cela avec les autres pays qui avaient des taux de couverture assez corrects, nous on occupait la dernière place. En tout cas, nous faisons partie des derniers. Plusieurs facteurs l’expliquaient et les plus importants, c’est la méconnaissance de ces maladies par les populations et par certains agents de santé ».

Pour changer la donne, il faut point par point reformer et réorienter les agents de santé, chargés de mettre en œuvre cette stratégie qui est la campagne de masse de distribution de ces médicaments. Il faudrait aussi renforcer la communication au sein de la population pour qu’elle sache. Dans la population, ces médicaments sont négligés parce que méconnus. Et là c’est un peu l’objet de la Journée d’orientation sur les Maladies tropicales négligées (Mtn), organisée en faveur des journalistes en santé », fait-il savoir.

Voir aussi

telechargement-15

Gamou 2016 : Al Amine plaide l’équipement de l’hôpital Abdoul Aziz Dabakh de Tivaouane

C’est une doléance formulée hier, en marge du comité régional de développement en vue du …