Accueil / SANTE / Maladies zoonotiques: Les acteurs à l’école de l’évaluation des risques

Maladies zoonotiques: Les acteurs à l’école de l’évaluation des risques

L’organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a tenu un atelier régional sur l’évaluation conjointe des risques sur les maladies zoonotiques. L’objectif est d’élaborer les politiques de gestion des risques et de communication en vue de répondre efficacement à la menace zoonotique.

Les maladies zoonotiques se transmettent entre les animaux et les êtres humains. Plus des trois quarts des maladies infectieuses émergeantes sont d’origine animale. Fort de ce constat, l’organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a tenu un atelier régional sur l’évaluation conjointe des risques sur les maladies zoonotiques. Selon leur représentant, Ousseynou Diop, les maladies zoonotiques constituent souvent un risque pour la santé publique et interpellent les acteurs de la santé humaine, animale et de l’environnement. « Cependant, conformément aux législations en vigueur, ces différents secteurs ont conduit de manière individuelle leurs propres analyses des risques afin de gérer les risques qui leurs sont propres. L’analyse conjointe de risque constitue un concept qui marque une rupture de cloisonnement dans l’analyse du risque », dit-il. A l’en croire, les acteurs optent ainsi pour une démarche collégiale et inclusive pour l’atteinte des mêmes objectifs face aux zoonoses prioritaires. « L’appui de la FAO a permis au Sénégal de développer et demettre en œuvre des outils pour la prévention et le contrôle des maladies zoonotiques prioritaires de mener des campagnes de sensibilisation, de renforcer la collaboration multisectorielle et la surveillance des maladies animales, y compris les zoonoses, de former et d’équiper les services vétérinaires ainsi que les autres acteurs de la plateforme nationale, « Une seule santé », fait-il savoir. D’après le représentant de la FAO, l’objectif de cet atelier est d’élaborer les politiques de gestion des risques et de communication en vue de répondre efficacement à la menace zoonotique. « Elle traduit également la volonté des autorités pour lamise en synergie de leurs ressources humaines et matérielles pour faire face aux menaces que représentent les zoonoses et les autres maladiesémergeantes », dit-il.

Pour Pape Seck, du Haut Conseil national de Sécurité sanitaire alimentaire mondiale, le Sénégal s’est engagé depuis 2018 dans une dynamique d’auto-évaluation pour tester ses capacités de riposte face aux menaces des maladies émergentes et émergeantes. « En novembre et décembre 2018, l’évaluation faite a permis de marquer un tournant décisif dans la mise en œuvre de l’approche One Health en dirigeant une équipe multidisciplinaire et multisectorielle. Conjointement en novembre 2016, une évaluation a été faite avec l’outil vétérinaire de l’OIE qui a permis de passer en revue nos services vétérinaires et éventuellement en découlent des recommandations que nous sommes entrain de mettre en œuvre », renseigne-t-il. En ce sens, il souligne que six zoonoses sont été priorisées par notre pays dans une démarche à la fois multisectorielle et multidisciplinaire basée sur l’approche « une seule santé ». « Cette rencontre permettra d’évaluer les risques pour une action de riposte ciblée mais aussi de penser à leur mitigation dans la mesure possible pour empêcher leur occurrence », dit-il.

Ngoya NDIAYE

À voir aussi

Accès aux soins: Le PNDS 2018 décèle des manquements

La revue annuelle conjointe 2019 du Plan national de Développement sanitaire (PNDS), s’est tenue sous …

Accès aux médicaments: 12% des usagers ne sont pas satisfaits de la PNA

La Pharmacie nationale d’Approvisionnement (PNA) a procédé à l’évaluation de son plan stratégique 2014-2018. Il …