Accueil / SOCIETE / MALGRE LA REPRESSION ET LA VIGILANCE DES FORCES DE L’ORDRE La drogue dure gagne du terrain à Ziguinchor

MALGRE LA REPRESSION ET LA VIGILANCE DES FORCES DE L’ORDRE La drogue dure gagne du terrain à Ziguinchor

La capitale sud du pays serait-elle devenue la plaque tournante de la drogue ? Après les dernières arrestations effectuées par les forces de l’ordre, la question reste d’actualité. À en croire des sources policières, «depuis un bon moment, des étrangers originaires pour la plupart de pays réputés être des zones intenses de trafic de drogue, ont envahi la ville de Ziguinchor».

Source L’Observateur
La capitale sud du pays serait-elle devenue la plaque tournante de la drogue ? Après les dernières arrestations effectuées par les forces de l’ordre, la question reste d’actualité. À en croire des sources policières, «depuis un bon moment, des étrangers originaires pour la plupart de pays réputés être des zones intenses de trafic de drogue, ont envahi la ville de Ziguinchor».

«Les dealers sont généralement originaires du Nigeria et des pays anglophones». Toutefois, rassurent les limiers, «nous les avons tous à l’œil, car ils ne cessent d’investir les cybercafés de la ville». Entrant par la frontière sud du pays, ces étrangers viennent de la Guinée-Bissau où, semble-t-il, le commerce de la drogue dure commence à gagner véritablement du terrain. Les populations, pour leur part, pensent qu’il est temps que l’Etat, à travers les forces de l’ordre, prenne cette affaire au sérieux. Surtout dans cette région déchirée par un conflit vieux de plus de deux décennies. Certains pensent que ces étrangers sont pour la plupart impliqués dans le trafic de la drogue dure et de l’arnaque à travers l’Internet. Pour d’autres, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) doit imposer un visa d’entrée à ces gens dans certains pays comme le Sénégal. Mais pour cela, dira cet officier de la police, «il faudra revoir les conditions de séjour au Sénégal, car il y a beaucoup d’étrangers qui viennent sans travail et qui passent tout leur temps dans les cybers pour escroquer les honnêtes citoyens». D’ailleurs, ces propos seront étayés par ce jeune cadre de l’administration. «Cela commence à prendre de l’ampleur à Ziguinchor avec ces anglophones qui se disent tous «coiffeurs», mais au fond, c’est soit la drogue ou le cyber business (c’est-à-dire l’escroquerie via Internet) qui sont leur principale occupation ». Sachant qu’elles ne peuvent pas, d’un coup de baguette magique, tout effacer, les populations de la région sud du pays pensent qu’il est temps de punir sévèrement ces trafiquants. «C’est seulement à partir de ce moment qu’on pourra renforcer la sécurité des personnes et de leurs biens», ont conclu les populations


À voir aussi

Nafilas de la 8ème nuit

8ème NUIT : 2 rakkas, soit 1 sallama. Dans chaque rakka, on doit réciter 1 fois …

Tamba : Un véhicule de la gendarmerie se renverse et fait 1 mort

Un mort et deux blessés, c’est le bilan de l’accident survenu le 17 mai dernier …