Accueil / POLITIQUE / Malgré la requête du chef de l’Etat : Les candidatures de Macky, Idy et Gadio n’ont pas été invalidées

Malgré la requête du chef de l’Etat : Les candidatures de Macky, Idy et Gadio n’ont pas été invalidées

Nous écrivions dans ces mêmes colonnes que le quitus fiscal devait être la botte secrète du chef de l’Etat sortant, pour faire invalider la candidature de certains de ses adversaires, à la course à la Présidentielle. Notamment, ses anciens fils, devenus ses ennemis jurés que sont les deux anciens Premiers ministres, Idrissa Seck et Macky Sall, auxquels il faudrait ajouter Cheikh Tidiane Gadio, l’ancien ministre des Affaires Etrangères, lui aussi dans la course. Mais, cela n’a pas abouti. Les «cinq sages» n’ayant pris en compte aucun recours. Ils maintiennent la première liste proclamée vendredi.
Ainsi, dans une requête datée du 28 janvier 2012 du candidat du Pds et des Fal 2012, signée Me Abdoulaye Babou et dont Rewmi Quotidien a reçu copie, le Président de la République avait demandé au Conseil Constitutionnel, l’invalidation de leur candidature, pour violation de l’article L0 116 du code électoral.
Par requête déposée auprès du Conseil constitutionnel, par le biais de ses avocats menés par Me Abdoulaye Babou voir (fac simulé), le chef de l’Etat, par ailleurs, candidat à sa propre succession, indiquait que les trois personnes citées ci-dessus, n’étaient pas en règle avec le fisc. Donc, leur candidature était, de facto, irrecevable. Ce, conformément à l’article L0 116 de la loi n° 2012601 du 3 janvier abrogeant et remplaçant la loi n° 92-16 du 7 février 1992 portant Code électoral, partie législative modifiée. L’article requiert, entre autre pièces à fournir : «une déclaration sur l’honneur, par laquelle, le candidat atteste être en règle avec la législation fiscale du Sénégal».

Selon le document, des candidats dont les noms ont été retenus sur la liste des candidats publiée, nommément, Idrissa Seck, Macky Sall et Cheikh Tidiane Gadio, bien qu’ayant signé une déclaration sur l’honneur, par laquelle, «ils attestent être en règle avec la législation fiscale du Sénégal», sont, de notoriété publique, inconnus au rôle fiscal du pays, n’ont jamais payé l’impôt, même s’ils exercent des activités lucratives, comme ils le soutiennent, dans leurs déclarations.

Et la requête de préciser: «un citoyen qui ne fait pas de déclaration fiscale de revenus, n’ayant jamais payé l’impôt, est un fraudeur qui n’est pas digne de prétendre exercer la fonction de Président de la République, qu’il ne peut avoir la qualité de candidat à l’élection présidentielle.

C’est dans ce sens, selon le document, qu’existe un doute sur la sincérité des attestations sur l’honneur présentées par Idrissa Seck, Macky Sall et Cheikh Tidiane Gadio, parce que non conformes à l’article L0 116 du code électoral, et que le chef de l’Etat demande au Conseil Constitutionnel, de mener des investigations.

Par ailleurs, le candidat Wade ordonnait aux requis de produire, dans un délai de 72 heures, un document émanant du service des impôts justifiant que les candidats incriminés sont en règle avec l’Administration fiscale du Sénégal.

Subsidiairement, il sollicitait la Direction Générale des impôts et Domaines pour transmettre, sans délai, au Conseil Constitutionnel, une copie des déclarations fiscales des requis, ou à défaut, une attestation sur leur situation fiscale. Et faute d’y satisfaire, il aurait convenu de déclarer irrecevables, les candidatures d’Idrissa Seck, Macky Sall et Cheikh Tidiane Gadio, pour violation de l’article L0 116 du code électoral. Finalement, le Conseil Constitutionnel est passé outre, invalidant toutes les requêtes et tous les recours.

Sékou Dianko DIATTA


À voir aussi

Thérèse Faye recadre ABC

La sortie d’Alioune Badara Cissé sur son éventuelle candidature crée des vagues au sein des …

Abc: vs Macky: Le Médiateur n’a pas eu de médiateur à son secours

Ses propos ont été relayés largement dans la presse. Dans une interview accordée à L’Obs, …