Accueil / SOCIETE / Mali: des jihadistes arrêtés par l’armée dans le Sud

Mali: des jihadistes arrêtés par l’armée dans le Sud

L’armée malienne poursuit son opération de lutte antiterroriste au sud du pays, dans la région de Sikasso, frontalière de la Côte d’Ivoire. Après la destruction d’une première base jihadiste, il y a dix jours, l’armée affirme avoir détruit un nouveau sanctuaire terroriste non loin de Fakola, une localité attaquée par des jihadistes fin juin. Une quinzaine de personnes ont été arrêtées et des munitions saisies. Le sanctuaire des djihadistes  situé dans les faubourgs de la localité malienne de Fakola, non loin de la frontière ivoirienne, est désormais détruit, selon un colonel de l’armée malienne. De nouvelles armes, affirme l’officier, ont été saisies chez l’ennemi, notamment des kalachnikovs et des engins explosifs  l’un pèserait environ 20 kilos. Une quinzaine  de djihadistes ont par ailleurs été arrêtés, précise l’armée. Parmi eux, un prédicateur radical venu de la Côte d’Ivoire voisine : il avait construit dans un village malien, situé à la frontière, une petite mosquée à côté de celle qui existait avant son arrivée. Très rapidement, il avait commencé à recruter des jeunes et souvent de manière forcée. De sources sécuritaires maliennes, on est formel :Le front Sud des djihadistes basés dans cette région malienne de Sikasso, a des liens établis avec le groupe islamiste Ansar Dine du Nord, dirigé par Iyad Ag Ghali. C’est pourquoi l’armée de terre du Mali et les commandos parachutistes vont rester sur le terrain. Ils viennent d’être redéployés vers la localité de Kolondiéba, située dans la même région, vers une autre frontière avec la Côte d’Ivoire.

avec Rfi

 
  • Mali

À voir aussi

Le « ceebu jeen national » menacé de disparition- les maraichers de Lendeng sommés de déguerpir par le maire de Rufisque-Est

Entre le Maire de Rufisque-Est, Boubacar Ndoye, et les maraichers de Lendeng, ce n’est plus …

Comité de gestion du foirail de Pikine- le poste de président divise les éleveurs

Les éleveurs du foirail sis à Sicap Mbao ne parlent plus le même langage, et pour …