24 novembre, 2014
Accueil » ACTUALITES » Mali La CEDEAO rectifie les militaires
Mali  La  CEDEAO  rectifie  les militaires

Mali La CEDEAO rectifie les militaires

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a appelé jeudi, à Dakar, les forces armées du Mali à se consacrer aux missions régaliennes de protection de l’intégrité territoriale et des populations, en s’abstenant de toutes actions susceptibles de perturber la transition politique.

« La Conférence (des chefs d’Etats) renouvelle son appel aux forces armées du Mali de se consacrer aux missions régaliennes de protection de l’intégrité territoriale, des populations et de s’abstenir de toutes actions susceptibles de perturber la transition », a indiqué Kadré Désiré Ouédraogo, président de la Commission de la CEDEAO.

Lisant le communiqué final du sommet extraordinaire pour trouver des réponses régionales aux crises politiques en cours dans deux des Etats membres, la Guinée-Bissau et le Mali, il a affirmé que la CEDEAO a demandé au médiateur Blaise Compaoré de « procéder à la revue du rôle du CNRDRE dans la transition, en consultation avec les autorités de la transition ».

Le Mali est, ces derniers jours, le théâtre d’une résurgence de la violence avec des combats qui se sont déroulés à Bamako entre les « bérets verts » que constituent les soldats putschistes dirigés par le capitaine Amadou Sanogo et les « bérets rouges », soldats fidèles au président déchu Amadou Toumani Touré. Les affrontements ont fait au moins 22 morts et plusieurs blessés dans les deux camps et parmi la population civile.

Selon M. Ouédraogo, le sommet a demandé aux autorités de transition d’accéder « l’élaboration de la feuille de route de transition, avec un chronogramme d’actions (dispositions législatives, organisationnelles et opérationnelles) devant conduire à la tenue d’élection présidentielle et à la restauration totale de l’ordre constitutionnelle ».

« La Conférence rappelle que toutes personnes qui entravera le fonctionnement régulier des institutions républicaines s’expose aux sanctions ciblés », a-t-il souligné. Le sommet de Dakar a instruit la préparation de sa force en attente pour son déploiement dès que les autorités maliennes en feront la requête.

Ont pris part aussi à ce sommet, le président par intérim du Mali, Dioncounda Traoré, et le Premier ministre de transition, Cheikh Modibo Diarra.

Les présidents de la Côte d’Ivoire (Alassane Ouattara), du Sénégal (Macky Sall), du Burkina Faso (Blaise Compaoré), du Ghana (John Atta Mills), du Togo (Faure Gnassigbé), du Liberia (Hellen Jorhson-Shirleaf), de la Gambie (Yaya Jammeh), du Nigeria (Goodluck Jonathan), du Niger (Mamadou Issoufou) , du Premier ministre du Cap-Vert (Jose Maria Pereira Neves) ont assisté à la rencontre.

Le représentant des Nations unies en Afrique de l’Ouest, Saïd Djinnit, le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédrago, le président de la Commission de l’UEMOA, Cheikh Hadjibou Soumaré, les ambassadeurs du Portugal, des Etats-Unis , de la France, de l’Algérie, de la Belgique, du Canada, entre autres, ont participé également au sommet.

APS