Confidences

Maltraitance d’un enfant mineur- par crainte d’être battue par sa tante, une fillete de 7 ans erre dans les rues jusqu’à 3h du matin

  • Date: 16 octobre 2015

Originaire de la Guinée et confiée à une tante domiciliée à la Médina, S. Ba vit un véritable calvaire. Souvent battue par sa tutrice, la fille qui a plusieurs séquelles sur le corps a fugué pour échapper à la furie de la dame. C’est ainsi qu’elle a été récupérée dans la rue à 3h du matin, par un inconnu qui l’a conduite à la police.

C’est à croire et à juste titre d’ailleurs que la dame Diéynaba Ba ne connaît pas la douleur de l’enfantement. Sinon, comment comprendre qu’elle maltraite souvent sa nièce qui lui a été confiée par une sœur restée en Guinée. Non content d’avoir obligé la fillette de 7 ans, à arpenter les rues de Dakar pour vendre de l’eau fraîche, la dame la bat sauvagement à chaque fois qu’elle rentre tard.

Lasse de subir cette forme de maltraitance, elle a, une fois de plus, fugué pour se retrouver dans la rue à 3 heures du matin. Finalement, c’est un marchand ambulant qui l’a retrouvée avant de la conduire au commissariat de la Médina. Dans sa déposition, le jeune homme a indiqué qu’il était aux environs du rond-point Sham, lorsque son attention a été attirée par un couple accompagné d’une fillette qui semblait désemparée. Tout de suite, dit-il, il s’est approché de l’enfant. Et c’est pour se rendre compte, que cette dernière avait fugué du domicile familial.

«Je l’ai seulement frappée avec le fil du chargeur de mon téléphone»

Pressée de questions, elle a fini par avouer que c’est à cause du comportement de sa tante qu’elle erre dans les rues. Visiblement touché par les déclarations de l’enfant, le marchand ambulant, avoue avoir usé de subterfuges pour connaître l’adresse de la fillette. Mais curieusement, une fois sur place, il a trouvé que la tutrice de la fille était en train de dormir. Ce, alors que sa nièce n’avait pas donné signe de vie.

Mais le temps que cette dernière se réveille et se rhabille, la fille en question n’a pas cessé de dire à son bienfaiteur de l’amener loin de cette maison, au risque de se faire battre, une nouvelle fois. C’est ainsi que ce dernier l’a conduite au commissariat de la Médina, à l’insu de la dame. Et durant tout le trajet, raconte le marchand ambulant, la fille n’a pas cessé de pleurer en le suppliant de ne plus la ramener chez sa tante qui a été convoquée par la suite, puis placée en garde à vue.

Interrogée, cette dernière a indiqué que la fille vit avec elle depuis quatre mois. Le jour des faits, raconte-t-elle, elle l’avait chargée, comme tous les jours, d’aller vendre de l’eau au marché Tilène, en compagnie de sa fille cadette. Seulement, poursuit-elle, quelques heures après, cette dernière est revenue à la maison, sans sa nièce.

La fillette s’en sort avec une fracture du cubitus, des plaies multiples et des cicatrices

«De 20 heures à minuit, on l’a recherchée dans tout le quartier en vain, c’est après que je suis allée me coucher, car elle avait l’habitude de revenir tard pour des causes que j’ignore», a dit la dame. C’est bien après qu’elle a avoué l’avoir rouée de coups avec le fil du chargeur de son téléphone.

Quoi qu’il en soit, lorsque la fille a été amenée en consultation, à l’hôpital Abass Ndao, le diagnostic a révélé une fracture du cubitus gauche, des plaies multiples et des cicatrices cutanées localisés aux membres supérieures. Ce qui lui a valu une incapacité temporaire de 25 jours. Toutes choses qui font que la tutrice a été déférée au parquet, pour les délits de maltraitance d’un enfant mineur, coups et blessures volontaires.

Le Populaire

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15