ndoye

« Grand Oral » Mamadou Ndoye, secrétaire général de la ligue démocratique « Nous avons un problème global dans ce pays »

 Le secrétaire général de la Ligue Démocratique (LD), Mamadou Ndoye était, ce samedi, l’invité du « Grand Oral ». Devant les journalistes Fatou Thiam Ngom Kane et Fanta Counta Thiam, sur la 97.5 Rewmi FM, M Ndoye a abordé, entre autres questions, l’anniversaire du naufrage du bateau le Joola célébré aujourd’hui, la crise au Burkina Faso et la médiation du Président Sall.

La crise politique au Burkina Faso

« Avant de parler de la médiation, il y’a d’abord événement en lui-même. Je crois que cet  événement interpelle l’ensemble des peuples africains. Puisque, comme vous l’observez vous même, il y’a plusieurs chefs d’Etat qui n’ont aucune envie de quitter le pouvoir (…). Et au Burkina, le peuple s’est opposé à ce détournement et a réussi à installer un gouvernement de transition pour aller tranquillement vers des élections. C’est ce processus qui a été interrompu par une force armée qui était censée plutôt sécuriser les populations. Toutes les forces démocratiques africaines et internationales condamnent fermement ce coup d’Etat qui est survenu au Burkina Faso. En ce qui nous concerne, en tant que parti, nous avons publié un communiqué pour condamner ce coup d’Etat ».

L’intention de Macky Sall…au Burkina

« En ce qui concerne l’initiative du Président Macky Sall, on peut louer l’intention. Puisque l’intention qui a été exprimée est d’éviter au peuple burkinabé un bain de sang et d’avoir une solution de sortie de crise négociée. Cette intention évidemment est une bonne intention. Mais, lorsqu’on observe ce qui s’est passé, il semble qu’il ait eu quelques problèmes puisqu’il n’y a pas eu assez d’écoute en ce qui concerne les forces démocratiques burkinabés Elles ont l’impression que la médiation n’a écouté que les putchistes et n’a pris que les revendications de ces derniers. C’est le sentiment le plus partagé au Burkina et ce sentiment fait que pour l’essentiel, les burkinabés ont rejeté le contenu qui leur a été proposé et qui n’a pas été conçu sur la base d’un consensus entre toutes les parties prenantes dans ce conflit ».

Naufrage du bateau le Joola

« Aujourd’hui, c’est un moment de souvenir pour le peuple sénégalais. Ce que je pense, c’est quels sont les dispositifs qui sont mis en place pour que ça ne puisse pas arriver de nouveau. Qui est ce qui est fait également pour dédommager les familles, ça aussi c’est un acte qui est tout à fait normal. Pour le reste, je n’ai pas de problème. Par ailleurs, je ne sais pas ce qui a été pris comme mesure dans ce dossier. Je dois dire qu’au moment où tout cela se passait, moi j’étais hors du pays. Donc, il y’a des détails que je n’ai pas suivi de près. Cependant, pour le changement de comportement, il faut dire que nous avons un problème global dans ce pays. Précisément, je n’ai pas l’impression qu’il y’a une volonté de prendre en charge ce problème global. Nous avons perdu toute culture de solidarité. Nous avons perdu tout esprit collectif. Nous sommes dans le chacun pour soi. Il faut s’adresser aux jeunes qui ont l’avenir devant eux qu’il n’y a pas moyen aujourd’hui, de régler les problèmes en allant fouiner par ci et par là. Et, que les gens doivent se serrer les coudes pour relever les défis du pays. Permettre aussi le pays d’offrir à ces jeunes un avenir qui soit meilleur. Si on n’arrive pas du point de vue de conscience citoyenne, du point de vue du comportement citoyen à encrer ce nouvel esprit, notre pays risque de piétiner. Mais, on ne voit pas cet engagement au service du collectif. Un engagement au service du pays ».

Rewmi.com/C.M.SARR

Voir aussi

79981805_gambia_jammeh_g

Yahya Jammeh aux gambiens :  » Vous, Gambiens, avez décidé que je devais partir… »

Rfi.fr- Yahya Jammeh a reconnu sa défaite à l’élection présidentielle ce vendredi soir dans une …