28 août, 2014
Accueil » POLITIQUE » Mamadou Nkrumah Sané sur la libération des combattants du Mfdc : «Jammeh veut l’extradition du général Ndour Thiam en retour»
Mamadou Nkrumah Sané sur la libération des combattants du Mfdc :  «Jammeh veut  l’extradition du général Ndour Thiam en retour»

Mamadou Nkrumah Sané sur la libération des combattants du Mfdc : «Jammeh veut l’extradition du général Ndour Thiam en retour»

La libération des éléments du Mfdc qui croupissaient des années durant, dans les geôles gambiennes, n’est pas fortuite. Selon Mamadou Nkrumah Sané, membre influent du Mfdc établi en France, «la libération de Sidate Diatta, Abdoulaye Diédhiou, Ousmane Diédhiou, Mansour Diatta, Assane Thomas Diédhiou, entre autres, fait partie des manœuvres de Me Wade pour avoir un thème de campagne pour la Casamance, pour sa réélection en 2012. Sans cela, il ne pourrait rien offrir au peuple de la Casamance pendant sa campagne».

Mieux, toujours selon M. Sané, Wade qui veut neutraliser Jammeh, était obligé de l’approcher, pour lui demander de libérer les combattants du Mfdc. En revanche, il lui livrerait Ndour Thiam, son ex-chef d’Etat Major général, refugié au Sénégal après son coup d’Etat manqué.

La décrispation des relations entre le Sénégal, et la Gambie voisine intervient, toujours selon Mamadou Nkrumah Sané, après le premier refus du Sénégal, de répondre positivement à une première extradition. Ceci, pour résoudre seul, le problème de la Casamance.

«Comme cela n’a pas réussi, Wade a été obligé de demander au gouvernement gambien de trouver une solution. Et ainsi, une requête pour la libération des combattants du MFDC a été satisfaite».

De son avis, «la libération des éléments du Mfdc devait se faire obligatoirement et nécessairement. Maintenant, Wade est condamné à s’approcher de nous pour relancer les négociations».

Nkrumah terminera en confessant: «les autorités Sénégalaises ont voulu utiliser la force, mais en vain. Le seul salut pour eux, c’est la négociation. Moi, j’ai utilisé une condition, à savoir, la levée immédiate du mandat d’arrêt lancé contre moi, avec la restitution de tous les documents que la police française à saisis chez moi. Seul un homme libre peut négocier avec un homme libre. Sinon, adieu aux concertations».

Sékou Dianko DIATTA