Accueil / ACTUALITES / Mandat d’arrêt contre NWS, grand défenseur de Wade

Mandat d’arrêt contre NWS, grand défenseur de Wade

Six mois d’emprisonnement ferme, un mandat d’arrêt, le versement de vingt millions à Me Ousmane Sèye et de vingt millions à M. Alex Ndiaye, pour dommages et intérêts, interdiction de parution de Il est midi pendant trois mois et interdiction à Ndiogou Wack Seck d’exercer comme directeur de publication pendant trois mois. C’est le verdict rendu hier dans l’affaire opposant Ndiogou Wack Seck à Me Ousmane Sèye et Alex Ndiaye.
Le juge a suivi les réquisitions du procureur !

Source : L’Observateur
C’est le moins que l’on puisse dire après le verdict prononcé par le juge du tribunal correctionnel de Dakar. Le procureur avait requis six mois ferme, un an d’interdiction d’exercer ses fonctions, et la non-parution du quotidien pendant trois mois. Hier, Ndiogou Wack Seck, directeur de publication du journal «Il est midi» a été condamné à six mois d’emprisonnement ferme. Accompagné d’un mandat d’arrêt. Le juge lui demande aussi de verser la somme de vingt millions à Me Ousmane Sèye, et vingt autres millions à M. Alex Ndiaye, pour dommages et intérêts. Et ce n’est pas tout. Le canard «Il est midi» est interdit de parution pendant trois mois, et Ndiogou Wack Seck interdit d’exercer comme directeur de publication pendant trois mois. Le verdict est tombé hier. C’est celui de l’affaire qui a opposé Ndiogou Wack Seck à Me Ousmane Sèye et Alex Ndiaye. Une affaire qui fait suite à un article intitulé : «Ousmane Sèye, Nafissatou Diop Cissé, Alex Ndiaye, 3 menteurs entre le glaive et la balance», publié dans les colonnes du journal : Il est midi, du 14 novembre 2006. Dans cet article M. Ndiogou Wack Seck écrit que M. Alex Ndiaye a vendu le fameux protocole de Reubeuss (Ndlr : un document qui aurait permis la libération de Idrissa Seck de prison), au maire de Thiès, en l’occurrence Idrissa Seck. M. Seck a aussi écrit que ce document a été vendu à 60 millions et cet argent aurait servi à Alex Ndiaye pour ouvrir une station radio à Mbour et mettre sur pied un journal. Pour le cas de Me Ousmane Sèye, il a écrit qu’il était un traître, car il a d’abord gagné la confiance de Me Wade, pour ensuite le trahir, en devenant un agent de Idrissa Seck. Ces écrits ont été considérés par les personnes citées comme des écrits diffamatoires. Elles ont par conséquent porté plainte contre M. Seck. Le procès s’est finalement déroulé le mardi 6 mars, après avoir été reporté à trois reprises. Lors du procès M. Seck n’était pas présent. Et le lendemain, il a écrit dans son journal qu’il n’a pas reçu de convocation, en ne ratant pas l’occasion pour répondre aux avocats des plaignants Me Baboucar Cissé et Me Padanou.


À voir aussi

Valse dans la magistrature

Remue-ménage au sein du Conseil supérieur de la magistrature. Cheikh Ndiaye Seck, qui était délégué …

Mort de Fallou Sène : La Ld Debout réclame la tête de Mary Teuw, Aly Ngouille et Augustin Tine

Les ministres des Forces armées, Augustin Tine, de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane, et de …