MANKO WATTU SENEGAL- Une coalition et non une alliance électorale    

L’opposition s’est réunie dans une coalition politique pour mener, dans la dynamique, une bataille contre Benno Bokk Yakaar et contre Macky Sall. Mais la dynamique n’est pas unitaire et ne le sera jamais.

Manko Wattu Sénégal, expression mal inspirée et peu opérante, n’est donc pas une alliance électorale. Elle est simplement une coalition conjoncturelle qui éclatera à la veille des Législatives. Ses membres, leaders de partis, ont une égale ambition. Chacun y surveille chacun et contrôle tout le monde sur la base d’un Code de conduite.

Mais ce Code de conduite qui visait aussi et surtout le PDS, n’est suivi par personne. Déjà l’audience avec Macky Sall qui devait se tenir ce Mercredi et qui est finalement reportée au Jeudi, est boycottée par certaines personnalités de Manko Wattu Sénégal comme Idrissa Seck de Rewmi, le Président Pape Diop de la CD/Bokk Gis et la nouvelle mouche du coche du pouvoir, Ousmane Sonko.

La conscience d’une audience inféconde et d’un dialogue infertile les a certainement amenés à refuser d’être présent à cette rencontre avec Macky Sall. Toute décision qui serait entérinée par ceux qui y seront, n’aurait alors aucune validité en raison des divergences sur l’audience.

Macky Sall est décidé à tenir un langage de vérité à ses adversaires sur la base d’un ordre du jour qui lui conviendrait. Un dialogue de sourds embaume déjà l’air du Palais de la République.

Une liste commune de Manko Wattu Sénégal est impossible. Idrissa Seck, Malick Gackou, Abdoul Mbaye, Pape Diop, entre autres, se donnent une dignité égale qui empêche la constitution d’une liste commune aux Législatives. Personne ne serait disposé à ne pas en être en tête. Le regroupement de l’opposition n’est donc pas une coalition en vue des élections. Il est simplement une union de forces politiques à poids inégal et sa durée de vie se limite à un contexte pré-électoral.

Les grands ténors de Manko Wattu Sénégal comme Idrissa Seck, Pape Diop et Malick Gackou iront séparément aux Législatives. Ils convergent sans s’entendre. Ils se parlent sans s’écouter. Les failles notées à la veille de l’audience que Macky Sall accorde à cette coalition en est une claire et nette illustration.

Domou rewmi

Voir aussi

ADAMA BARROW DISPOSÉ À FACILITER LA CONSTRUCTION DU PONT SUR LE FLEUVE GAMBIE

Le nouveau président gambien, Adama Barrow, a fait part samedi de sa volonté de soutenir …