SOCIETE

Marcel Mendy sur le procès «Il a un potentiel de risque important»

  • Date: 20 juillet 2015

  Le procès de l’ancien président Tchadien, Hissen Habré s’ouvre ce matin à Dakar. Mais l’aspect sécuritaire reste une préoccupation majeure pour les organisateurs, suite aux déclarations indiciaires de certains soutiens du président Habré qui menacent de saboter le processus par tous les moyens.

Hissène Habré, ancien général de l’armée Tchadienne puis président de la république, doit faire face aux juges des chambres Africaines extraordinaires pour des crimes de sangs qu’il aurait commis pendant sous son magistère. Les organisateurs de ce procès semblent être préoccupés par les déclarations son épouse qui a promis une réplique. En tout cas si on se fie aux déclarations de Marcel Mendy, chargé de la communication des Chambres d’Assises africaines extraordinaires (CAE) : «ce procès à un potentiel risque important. Parce monsieur Habré à ses soutiens. Ils sont très actifs au Sénégal, surtout dans les médiats. Ces soutiens avaient menacé lors de son arrestation en juillet 2013. Nous avons aussi entendu son épouse faire une sortie dans la presse où elle a parlé d’une guerre politique, médiatique et mystique. Qu’est qu’il y’a derrière ces mots ? Est ce qu’ils envisagent de commettre des actions d’éclat  ici à l’audience ou bien en dehors ? La question est ouverte. » Fort de ce constat, un important dispositif a été muri depuis quelques jours. «C’est pour cela nous avons fait l’option de mettre en place un système d’accréditation pour filtrer le maximum possible les entrées des journalistes parce que tout le monde n’est pas journaliste. Et un autre système de sécurité, qui sera pris en charge par un ou des détachements de la gendarmerie nationale Sénégalaise commandé par le colonel Diallo », a-t-il révélé.

Pour Marcel Mendy, ce procès n’est pas comme les autres. « Il y a plusieurs enjeux. A travers ce procès, les Africains doivent donner la preuve que l’Afrique est capable de juger ses propres enfants. L’Afrique doit montrer à la face du monde que l’Afrique peut organiser des procès pour juger ses propres enfants » argue-t-ilLes conseils d’Habré estiment que les chambres africaines extraordinaires sont «illégales et illégitimes» et par conséquent, leur client ne se présentera pas à la barre.

Ibrahima Khalil DIEME

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15