Accueil / POLITIQUE / Marche du 12 octobre: Dog Bummi Gacce va assiéger le Ministère de l’Intérieur

Marche du 12 octobre: Dog Bummi Gacce va assiéger le Ministère de l’Intérieur

Que les autorités se le tiennent pour dit. L’arrêté Ousmane Ngom ne freinera pas le Front Dog Bummi Gacce dans sa marche vers le Ministère de l’Intérieur. Les initiateurs restent déterminés à tenir cette manifestation pour restaurer l’Etat de droit.

Le Front Dog Bummi Gacce, mis en place par Babacar Diop et Cie, ne compte pas se laisser faire face à ce qu’ils appellent la dictature dans ce pays. Ainsi, les initiateurs de ce front sont d’avis que « le Sénégal est ravagé par une épidémie qui a pour noms l’injustice et le vice ».
« Aujourd’hui, un pouvoir oppressif et sanguinaire a manifestement montré sa volonté funeste d’imposer au peuple une violence aveugle et inouïe afin de satisfaire des besoins claniques. Nous vivons dans une odieuse dictature. Tout est réduit à la volonté et à la fantaisie d’un seul et unique individu qui ne recule devant aucune ignominie : Macky Sall. Il met en prison qui il veut, libère qui il veut et envoie en exil qui il veut », tonne le coordinateur du Front, Babacar Diop. Enfonçant le clou, il poursuit : « Il se substitue au juge constitutionnel pour se choisir ses propres adversaires ».
A l’en croire, Macky Sall ne peut pas empêcher au peuple de marcher vers la démocratie et la liberté. « Le 12 octobre 2018 sera considéré comme la journée nationale de la dignité et de la démocratie (JNDD) afin d’abattre la tyrannie. Nous appelons le peuple sénégalais à descendre dans la rue pour défendre la dignité et la démocratie. Le Front Le Front Dog Bummi Gacce appelle à un grand rassemblement devant le Ministère de l’Intérieur. Aucun arrêté préfectoral ne peut empêcher la tenue de cette manifestation. Il vaut mieux l’encadrer que de tenter de l’interdire. Car un préfet ne peut pas arrêter un peuple décidé à marcher vers la liberté et la dignité», dit-il.
Babacar Diop persiste et signe que « l’interdiction de cette journée par le préfet de Dakar serait une provocation dangereuse et lourde de conséquences. Nous demandons solennellement au Président de la République de prendre ses responsabilités pour assurer l’encadrement de cette manifestation dans la paix et le calme. Sinon, il sera le seul et unique responsable de tout ce qui adviendra. Cette fois-ci, le peuple marchera jusqu’aux grilles du Palais de la République».
Selon Babacar Diop, dans cette présente lutte, il s’agit de défendre la dignité et la démocratie et de sauver nos institutions républicaines.
Ngoya NDIAYE

À voir aussi

Présidentielle 2019: Ndèla Madior Diouf désiste

Ndèla Madior Diouf vient de faire le deuil de son ambition présidentielle. Du moins, pour …

Déclaration de Kara sur les accusations contre Sonko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *