Accueil / ECONOMIE / Marché des huiles raffinées Un chiffre d’affaires annuel de plus de 100 milliards de CFA en jeu

Marché des huiles raffinées Un chiffre d’affaires annuel de plus de 100 milliards de CFA en jeu

Le Ministre du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel, Alioune Sarr, a présidé, hier à Dakar, une réunion de concertation sur la commercialisation de l’huile d’arachide.

Le marché des huiles raffinées est en forte croissance ces dernières années. De 150.000 tonnes en 2013, il a dépassé la barre des 200.000 tonnes en 2017, dont plus de 90% dépendent des importations, pour un chiffre d’affaires annuel de plus de 100 milliards de CFA. C’est ce qu’a indiqué Alioune Sarr, Ministre du Commerce, de l’Industrie et du secteur informel. Il s’exprimait hier lors d’une réunion de concertation sur la commercialisation de l’huile d’arachide au Sénégal. « A l’analyse, la demande est essentiellement satisfaite par une offre importée d’huile de palme raffinée et par une offre locale d’huile de soja ou de tournesol raffinée ; l’arachide et les autres catégories d’huile n’occupant que 5% de parts de marché en moyenne »a-t-il souligné. D’après le ministre, dès 2011, avec la suspension de la mesure de sauvegarde (taxe de 25% sur les importations d’huile de palme), la tendance s’est soudainement inversée. En comparaison annuelle, les volumes d’huile de palme ont progressivement dépassé celles d’huile de soja, pour occuper aujourd’hui près de 80% du marché des huiles. Cette situation traduit la dépendance du marché vis-à-vis des importations tributaires des excédents des pays producteurs et caractérisées par la volatilité des cours. Des producteurs et exportateurs d’arachide, les commerçants et les consommateurs ainsi que les industriels huiliers ont répondu présents. Ainsi un comité incluant tous les acteurs de la chaîne de valeur a été mis en place pour s’occuper, d’ici une semaine, de la régulation de la commercialisation de l’huile d’arachide au Sénégal. Durant cette rencontre, le Ministre du Commerce a laissé entendre : « Nous pouvons donc dès à présent prendre comme première mesure, l’objectif désormais que le Sénégal va se fixer est de produire 200 mille tonnes d’huile d’arachide par an, à partir de 600 mille tonnes d’arachides. Ce qui correspondant à notre consommation annuelle ». Ainsi, dira M. Sarr, ce comité va travailler sur la fixation du prix de l’huile brute produite par les artisans aux industriels, de l’huile raffinée produite par les industriels aux grossistes, mais également de huile raffinée aux consommateurs, tout en préservant le pouvoir d’achat de nos consommateurs. S’agissant l’importation de certains types d’huile, le ministre a précisé que l’Etat va prendre les mesures prévues par ‘’nos’’ lois et règlements pour justement apporter un soutien par rapport à la production d’huile locale.

Z.BADJI

À voir aussi

Denrées alimentaires: Les importations atteindront 110 milliards de dollars en 2025

La  création de zones de transformation des cultures de base vont permettre aux pays africains de …

Les cours flirtent avec les 80 dollars le baril

Les cours du pétrole ont terminé en légère baisse lundi, rattrapés en cours de séance …