Accueil / ECONOMIE / Marché européen- Aucune interdiction de l’arachide du Sénégal

Marché européen- Aucune interdiction de l’arachide du Sénégal

La Direction de la Protection des Végétaux (DPV) a apporté un démenti par rapport à un article publié dans un site web du Sénégal, relatif à une supposée « interdiction des produits arachidiers du Sénégal dans les marchés de l’UE », du fait de l’aflatoxine.

 «En tant qu’autorité compétente pour les contrôles sanitaires et phytosanitaires des produits agricoles destinés à l’exportation, nous avons l’obligation d’apporter certaines précisions pour lever toute équivoque », lit-on dans un communiqué de la Direction de la Protection des Végétaux (DPV). Cela fait suite à un article paru dans un site web du Sénégal, posté le 16 janvier 2018, et qui est relatif à une supposée « interdiction des produits arachidiers du Sénégal dans les marchés de l’UE », du fait de l’aflatoxine. Pour le Dr Emile Victor Coly, il ne s’agit guère d’une interdiction des produits arachidiers, origine Sénégal, mais plutôt du renforcement des contrôles aux points d’entrée communautaire de l’Union européenne (UE), conformément au Règlement 669/2009 de la Communauté européenne, en son annexe I. A l’en croire, l’inscription des produits dans cette annexe aura pour conséquence que les lots d’arachides et de produits dérivés en provenance du Sénégal, devront être présentés aux points d’entrée désignés (PED) de l’UE, où ils seront systématiquement soumis à des contrôles documentaires et, avec une fréquence de 50% à des contrôles d’identité et des contrôles physiques.

4 microgrammes par kg autorisés par l’UE

Il faut préciser que les taux d’aflatoxine admis par l’UE sont très faibles (4 microgrammes par kg), contrairement aux autres marchés qui peuvent aller jusqu’à 20 microgrammes/kg. Selon la source, tout opérateur qui veut pénétrer le marché européen doit incarner une certaine rigueur dans les opérations, depuis la production jusqu’au post-récolte (bonnes pratiques agricoles). Par souci de se conformer aux exigences des marchés en général, l’Etat a développé avec ses partenaires un programme de gestion durable des agents pathogènes qui produisent l’aflatoxine. C’est dans ce contexte que l’initiative dénommée « Partenariat pour la Lutte contre les Aflatoxines en Afrique » est mise en œuvre. Pour œuvrer dans ce sens, précise le communiqué, la DPV du Sénégal, en collaboration avec l’Institut International d’Agriculture Tropicale (IITA) et l’USDA/ARS université d’Arizona, a développé un produit biologique dénommé « Aflasafe SN01 ».  D’après  la DPV, ce produit entièrement naturel est fabriqué à partir de souches indigènes non toxiques du champignon Aspergillus flavus. Les tests d’efficacité du produit Aflasafe SN01 ont été menés dans le bassin arachidier depuis 2010, dans les régions de Diourbel et Kaolack (Nioro). Les résultats obtenus en 2010, 2011, 2012 et 2013 sont jusqu’ici très encourageants. Ainsi apprend-on qu’une réduction de plus de 90% du taux d’aflatoxine à partir du champ a été obtenue.  Celle-ci est maintenue en magasins de stockage, quelles que soient les conditions, et sur tous les sous-produits (tourteaux ou huile SEGAL) issus des graines en provenance des champs traités avec Aflasafe SN01. « Grâce à ces résultats concluants, il est prévu la construction d’une Unité de production d’Aflasafe SNO1 dans notre pays. Ainsi, un accord est signé avec la SODEFITEX pour la production dès 2018 et la commercialisation du produit à un prix abordable pour tous les producteurs de maïs et d’arachide. Ce produit biologique permettra une production de graines d’arachide indemnes d’aflatoxine, donc de qualité sanitaire et phytosanitaire irréprochable », mentionne le communiqué.

Zachari BADJI

À voir aussi

BRVM: Atépa reconduit  P. C. A

Les Assemblées Générales Ordinaires de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) et du Dépositaire …

Importation de la volaille: Le Sénégal maintient toujours l’interdiction

Le ministre en charge  du Commerce, de la Consommation, du Secteur informel et des PME, …