Accueil / ECONOMIE / Marchés internationaux: Les PME à l’épreuve de la compétitivité 

Marchés internationaux: Les PME à l’épreuve de la compétitivité 

La Foire internationale de Dakar (FIDAK) constitue un événement majeur dans le cadre de la stratégie de promotion de l’entreprenariat et du développement des petites et moyennes entreprises au Sénégal. C’est l’avis du Directeur général de l’Agence de Développement et d’Encadrement des PME (ADEPME), Idrissa Diabira, qui s’exprimait hier à l’ouverture du forum scientifique de la 27ème édition. Pour lui, avec l’ouverture aux marchés internationaux, ‘’nos’’ PME sont obligées de répondre aux impératifs en matière de compétitivité. Ce qui entraine des implications d’orientation de ‘’nos’’ politiques publiques vers le soutien et le développement du secteur privé. D’après M. Diabira, ce présent forum scientifique a pour objectif de passer en revue la politique en faveur des PME et se veut un cadre de concertation, de rencontre, de réflexion et de partage pour un dialogue public-privé inclusif sur la PME et ses grands défis.  A l’en croire, le résultat des réflexions et les recommandations seront pris en compte dans le cadre des politiques de promotion et de développement des PME/PMI et permettront d’aborder les programmes en faveur des PME dans une approche stratégique et opérationnelle optimale. Quant  au  Secrétaire général du Ministère du Commerce, Makhtar Lah, il a indiqué que le rôle du secteur privé s’avère donc déterminant dans la réussite du Plan Sénégal émergent, à travers une accélération de la croissance économique et une inclusion sociale. A l’en croire, la globalisation des marchés impose des impératifs en matière de compétitivité aux entreprises africaines et entraine des conséquences sur le choix des politiques publiques pour le soutien et le développement du secteur privé. Les PME qui constituent l’épine dorsale des économies nationales et représentent 99,8% des entreprises sénégalaises, d’après le dernier recensement général des entreprises, sont aussi soumises à de nombreuses contraintes majeures. « L’insuffisance des capacités techniques et de gestion des promoteurs ainsi que l’inadaptation ou l’insuffisance du système d’assistance-conseils et d’accès aux services non financiers »,  a-t-il souligné.

Zachari BADJI   

 

 

 

 

À voir aussi

Le Fongip face à un gap de plus de 275 milliards

Le Fonds de garantie des investissements prioritaires a tenu un séminaire sur la mutation institutionnelle …

Institutions de dépôt : La masse monétaire a baissé de 93 milliards

A fin septembre 2018, la situation estimée des institutions de dépôt, comparée à celle de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *