Accueil / ACTUALITES / Mariage précoce des enfants : les chiffres élevés au niveau national

Mariage précoce des enfants : les chiffres élevés au niveau national

En dépit des sensibilisations, des communications axées sur les mariages précoces et leurs lots de conséquences, le taux reste encore élevé. Aussi bien sur le plan physiologique, sanitaire, biologique, mais surtout sur la répercussion de l’avenir de ces filles à une incapacité de suivre le cursus normal de leur vie. En effet, sur la période de 2015/2013,  12% des enfants ont été mariés à 15 ans et 35% avant 18 ans. A cela, s’ajoute la proportion d’adolescents mariés ou en union qui était de 24% chez les filles et de 1% les garçons. « Une discrimination d’âges basée sur le sexe, qui est orchestré par la législation elle-même qui autorise le mariage des filles à 16 ans, là où il faut avoir 18 ans pour les garçons, même s’il faut noter que le mariage consommé d’une fille de 13 ans est réprimé par le code pénal », à fait savoir Yves Kassoka de l’Unicef. Il présidait l’atelier d’information en prélude de la semaine nationale de l’enfant, prévue le 16 juin prochain à Kédougou. Le taux de mariage précoce au Sénégal varie selon les localités, et se justifie souvent par des valeurs socioculturelles. Kolda enregistre le plus fort taux avec 68%, suivis de Tambacounda et de Matam qui enregistrent respectivement 57 et 57%. C’est pour cela, à travers la stratégie nationale de protection de l’enfance, le gouvernement envisage de prioriser l’enfance dans le développement de son capital humain. Le crédo du régime qui s’inscrit dans la logique de l’union européenne est de « mettre fin au mariage des enfants ».

Rewmi.Com/ FBF

Share This:

À voir aussi

TUBERCULOSE- La maladie infectieuse la plus meurtrière au monde

L’épidémie de tuberculose est plus grave qu’on ne le croyait. L’Oms a établi que c’est …