Accueil / Uncategorized / Marseille: Le retour de Habib Beye

Marseille: Le retour de Habib Beye

De retour de blessure à la cheville, Habib Beye a retrouvé les terrains de L1, samedi à Valenciennes. Il a également retrouvé les studios d’OMtv pour évoquer dans « Décrassage » le point acquis dans le Nord et la coupe de France.
Sa blessure

J’ai eu une rupture des ligaments dont un, rompu à 90%, qui est très important pour la cheville. C’est pour cela que j’ai été immobilisé. J’avais l’appréhension de me blesser à nouveau. Mais dès que l’on est sur le terrain, elle disparaît car on ne peut pas se permettre de jouer à 70%.

C’était difficile physiquement parce que je me suis arrêté trois semaines et que je n’avais que trois entraînements dans les jambes. C’était délicat physiquement sur la fin mais cela s’est relativement bien passé.

Valenciennes-OM

On a insisté sur le fait que c’est bien de gagner à domicile mais que pour accrocher la Ligue des Champions, il faut faire des performances à l’extérieur et ne surtout pas reproduire les prestations de Toulouse ou Lorient. Cela ne suffira pas de gagner à domicile tout en s’inclinant à l’extérieur. Il faut aborder les rencontres loin de nos bases de la même manière et avec la même pression qu’à domicile.

On était focalisé sur le match et sur notre objectif, la victoire. On a occulté tout ce qui s’est dit pour se concentrer sur notre mission.

On a manqué de réussite. On a eu beaucoup d’occasions en première période. On a rarement été aussi bon à l’extérieur depuis un moment malheureusement on est tombé face à bon Penneteau.

On est dans l’obligation de faire des résultats à l’extérieur et cela passe par une grosse pression sur l’adversaire en oubliant que l’on joue à l’extérieur. On a abordé ce match avec beaucoup d’envie et la volonté de mettre un gros impact offensif.

En seconde période, on a étiré les lignes, cela a laissé plus d’espaces à Valenciennes et ils ont procédé par contres. On avait la maîtrise du ballon et eux tenter de nous contrer. Malheureusement, on n’a pas mis ce but qui aurait permis d’ouvrir encore plus les espaces et d’être moins en danger sur la seconde période. On est resté vigilant pour ne pas prendre de but.

L’avenir nous dira si c’est un bon point de pris. Mais vu la physionomie du match, je pense que non. On a eu plus d’occasions que Valenciennes. Mais les comptes se feront en fin de saison. L’année passé, on a raté la Ligue des Champions pour un point et peut-être que ce point pris à Valenciennes fera la différence.

Le classement

La journée a été un petit peu en notre faveur. Avec trois points, on se serait installé plus haut. On reste au contact, c’est bien.

Lille est une belle équipe, on les a battu à domicile la semaine dernière mais Lille sera là jusqu’au bout. C’est un sprint final, Lille, Sochaux Bordeaux, Toulouse ou encore Auxerre et Rennes seront là.

Toulouse a démontré ses qualités. Ils sont impressionnants depuis deux mois, ils gagnent et sont en pleine confiance. Ils ont quand même un calendrier très difficile.

Dans la lutte aux places européennes, Lens sera costaud, Bordeaux aussi car cette formation perd peu. Je vois bien Toulouse car ils ont battu de belles équipes à domicile comme Paris et nous.

Son rôle dans l’équipe

J’aime parler, c’est naturel. J’ai essayé de reprendre le même discours qu’avant ma blessure. On a une équipe à l’écoute. Ce n’est pas la peine de trop parler. Il faut rappeler les fondamentaux et essayer de les appliquer au mieux.

Lorik Cana capitaine

Beaucoup de joueurs méritent le brassard. Mais Lorik Cana est un leader dans l’âme. Il se dépense beaucoup sur le terrain, il donne le tempo à l’équipe. Il a beaucoup de caractère. C’est un très bon capitaine comme pourraient l’être d’autres joueurs. J’ai été choisi par les dirigeants pour porter le brassard mais d’autres l’auraient mérité.

L’amour du maillot

Il ne faut pas s’arrêter à une performance. Marseille est un héritage qu’il faut respecter et honorer. On essaye de le faire au mieux par rapport à l’identité marseillaise. Il faut tout donner pour le club et le maillot. Il faut honorer le maillot que l’on porte mais cela ne s’arrête pas à une victoire.

La coupe de France

Fabien Barthez est un grand gardien, il fera le maximum. A nous de faire ce qu’il faut pour concrétiser nos occasions. En championnat, on est tombé sur un grand Barthez mais il n’est pas invincible. C’est un grand gardien mais on devra faire la différence. Il est très respecté ici mais il faut qu’il soit notre ami avant et après mais pas pendant la rencontre. Je l’ai eu au téléphone, il y a quelques semaines, il attend beaucoup de ce match. C’est un compétiteur.

J’ai été dans la même situation que Nantes avec Strasbourg. On avait gagné la coupe de France tout en essayant de se sauver en L1.

Le Sénégal

Les Sénégalais sont très fiers de voir que le président de l’OM, le capitaine et plusieurs joueurs sont sénégalais. Il y a une communion entre le Sénégal et Marseille depuis longtemps. C’est important de leur véhiculer une très bonne image. Notre réussite, c’est un peu la leur également. Si on peut leur apporter du plaisir, c’est une grande fierté pour nous.


À voir aussi

Stratégie Sénégal Numérique 2025: Le REJOTIC plaide pour son implication

Ismaïla Camara, Président du REJOTIC, a appelé  les pouvoirs publics à travailler avec le  réseau  …

Touba: Momy Kébé brandit une plainte contre  Serigne Khassim Mbacké

    La guerre de leadership entre apéristes fait rage à Touba. Le marabout-politicien, Serigne …