21 octobre, 2014
Accueil » ACTUALITES » Mary Teuw Niane à Grand Oral: « Ma préoccupation actuelle, c’est l’orientation des prochains 45 000 bacheliers sur les 107 700 candidats en lice »
Mary Teuw Niane à Grand Oral: « Ma préoccupation actuelle, c’est l’orientation des prochains 45 000 bacheliers sur les 107 700 candidats en lice »

Mary Teuw Niane à Grand Oral: « Ma préoccupation actuelle, c’est l’orientation des prochains 45 000 bacheliers sur les 107 700 candidats en lice »

Le professeur, Mary Teuw Niane, ministre de l’enseignement, supérieur et de la recherche, par ailleurs responsable politique de l’Alliance pour la République (Apr) a parlé de la situation de l’enseignement au Sénégal. La situation des bacheliers non orientés, le nombre pléthorique d’étudiants dans les universités, les nouvelles réformes en vue, mais aussi, la sécurité dans les campus universitaires. Ses ambitions politiques et l’avenir de la coalition Benno Bokk Yaakaar ont également été abordés. Mary Teuw Niane était l’invité de Grand Oral de la Radio Rewmi Fm, ce samedi. Il répondait aux questions de Fatou Thiam Ngom et de Assane Samb.
Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, n’apprécie pas le climat qui règne, d’une manière générale entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants. Affirmant que le gouvernement est prêt à négocier, il dit souhaiter un consensus entre les différents acteurs de l’enseignement. Il a saisi l’occasion, pour lancer un appel aux syndicats d’enseignements, pour observer une pause en ces veilles d’examens et concours.

Abordant le cas des bacheliers non orientés, le ministre fera savoir que tous les bacheliers, qui ont souhaité être orientés dans les établissements privés d’enseignement supérieur, l’ont été. Sa préoccupation actuelle, c’est l’orientation des prochains 45 000 bacheliers sur les 107 700 candidats en lice. Et pour cela, il sera procédé, également, à un système de pré-inscription en ligne.

Conscient que les effectifs actuels des universités sont insupportables, le ministre est d’avis qu’il faut les baisser dans les années à venir. Pour cela, dit-il, il faut un plan de développement de la carte universitaire, terminer les chantiers en cours dans les universités, créer de nouvelles universités et des institutions d’enseignement supérieur, construire la deuxième université de Dakar.

Le ministre informe de la mise en place prochaine d’universités virtuelles qui vont proposer des licences en ligne, dans toutes les régions du Sénégal. l’Etat est accompagné dans ce projet de 11 milliards, par la Banque Africaine de développement. Plus de la moitié de ce financement a déjà été acquise selon le ministre.

Sur la polémique qui a suivi la proposition d’augmenter les droits d’inscription à l’université, Mary Teuw Niane fera remarquer que depuis pratiquement 1960, ces droits n’ont pas évolué, et cela ne milite pas en faveur d’un enseignement supérieur de qualité. Le montant de 150 000 francs cfa avancé, ne correspond pas, dit-il, avec la proposition de la commission ad hoc. Le ministre est d’avis qu’il faut augmenter les droits d’inscription qui sont plus élevés au préscolaire qu’à l’Université.

Pour ce qui est de la sécurité dans les campus, Mary Teuw Niane, demande aux recteurs des différentes universités d’être implacables, intransigeants, d’installer une discipline interne, de former les étudiants pour construire une nouvelle mentalité. D’autre part, il demande la libération des espaces occupés par les vendeurs à la sauvette; et pour cela, il demande l’implication de la police et des mairies.

Le ministre a également rappelé les contrats de performance signés par les différentes universités. Sur ce, il a rappelé la convention de partenariat qu’il a, lui même, signée avec le Mouvement des entreprises du Sénégal (Meds), présidé par Monsieur Mbagnick Diop, l’objectif étant de permettre une bonne orientation, mais aussi d’encadrer et de conseiller les étudiants pour aller vers leur premier emploi.

Sur la prolifération des institutions privées de formation professionnelle, le ministre dit saluer la contribution de ces dernières car, englobant 1/3 des étudiants. Ces institutions sont, pour la plupart, au même niveau que le public même si certaines sont à la queue, selon lui, rassurant au passage que tout cela va être organisé.

La science et la technologie ont des difficultés, la recherche n’étant pas coordonnée selon le ministre, qui pense, pourtant, que pour accéder à l’émergence, c’est le chemin royal, et c’est le chemin que compte emprunter le gouvernement.

Abordant la question politique, le responsable de l’Apr dit travailler pour renforcer son parti et la coalition Benno Bokk Yaakaar à Saint-Louis, mais aussi, aider le chef de l’Etat à réussir son projet politique : le « yonu yokkuté ». A ses yeux, c’est ce qui est plus pressé au lieu de déclarer une quelconque candidature pour une mairie, dont les élections sont prévues dans 10 mois.

Pour l’avenir de la coalition Bby, il souhaite beaucoup plus d’unité. Le chef de l’Etat veut travailler avec tous ses alliés dit-il, mais faudrait-il beaucoup plus de loyautés de la part de ces derniers.

REWMI.COM/MK