Accueil / SOCIETE / Matar frappe son père et prend six mois ferme

Matar frappe son père et prend six mois ferme

Six mois de prison ferme, c’est la peine prononcée, hier, contre le jeune Matar. Il a comparu à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour violence et voie de fait après avoir frappé son père.

 Le jeune Matar a été attrait, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar par son propre père pour violence et voie de fait. Il ressort des débats d’audience que le plaignant ne pouvait plus supporter les agissements de son fils qui gâche toujours la quiétude des gens. A la barre, hier, le vieux a indiqué qu’il est victime des agissements de son fils depuis bientôt 22 ans. Au lieu d’aller chercher un travail et être un fils modèle, Matar préfère boire de l’alcool et voler les biens de son père. Il loge dans les bâtiments en constructions et ne revient chez lui que lorsqu’il est malade ou blessé. Il faut dire que Matar avait eu à voyager en Chine, mais a été alpagué là-bas avant d’être jeté en prison. C’est par la suite qu’il a été rapatrié au Sénégal. S’agissant des faits, objet de la présente poursuite, son père a confié aux juges : « le jour de notre dernière altercation, c’est à 15h qu’il est venu à la maison. Lorsque sa mère et les femmes de ménage lui ont fait savoir que tout le déjeuner a été servi, il s’est mis à leur crier dessus. Sur ce, je suis intervenu et je lui ai intimé l’ordre de quitter le domicile. Aussitôt, il s’est déshabillé et m’a attaqué. Il s’en est suivi une bagarre. C’est à la suite de ça que je me suis rendu au Commissariat de Grand-Yoff. Avant que les limiers ne viennent le cueillir, il avait aussi cassé la porte de la maison ». Interrogé à son tour par les juges, le mis en cause a nié les faits qui lui sont reprochés. « Ce jour-là, alors que je revenais de Thiès, mon père s’était mis à me donner des coups sur la tête lorsqu’il m’a trouvé en train de me disputer avec les bonnes. Je n’ai, en aucun moment, levé la main sur lui. Et je dois préciser que je n’étais pas ivre aussi ce jour-là ». Acculé par le représentant du ministère public, il a fini par passer aux aveux avant de demander pardon à son père et au tribunal. Invité à faire son réquisitoire, le maître des poursuites a requis l’application de la loi. Sans avocat, le mis en cause a demandé la clémence du tribunal. Mais en rendant sa décision, le président du tribunal des flagrants délits de Dakar a reconnu le prévenu coupable avant de le condamner à six mois de prison ferme.

Cheikh Moussa SARR

 

À voir aussi

Fissel: Un homme égorge sa femme enceinte…

Horreur! Après le drame des Maristes, où une Aida Mbacké dame est suspectée d’avoir tué …

Affaire Ndiaga Diouf: Pourquoi le parquet a renvoyé le dossier de Barth

Le procès sur l’attaque de la mairie de Mermoz-Sacré-Coeur, le 22 décembre 2011, au cours …