SPORT

MATCH AFRIQUE DU SUD-SENEGAL DU 12 NOVEMBRE DERNIER- La FSF a saisi officiellement la CAF et la FIFA

  • Date: 18 novembre 2016

La Fédération sénégalaise de football (FSF) a annoncé avoir adressé deux correspondances à la Confédération africaine de football (CAF) et à la FIFA, dans lesquelles elle a tenu « à exprimer ses vives protestations’’ au sujet de la prestation de l’arbitre du match Afrique du Sud-Sénégal du 12 novembre dernier.

Dans ces deux correspondances, « la FSF indique avoir noté tout au long dudit match, des décisions d’arbitrage tendancieuses, voire scandaleuses, au profit de l’équipe hôte, qui ont eu des conséquences directes sur le score final du match, avec à la clé notre défaite par 2 buts à 1, et l’affaiblissement de notre position dans le classement pour la qualification à la Coupe du Monde », rapporte un communiqué transmis à l’APS.

« Car, outre les multiples fautes graves subies par nos joueurs et non sanctionnées, ainsi que les positions de hors-jeux sifflées mais inexistantes, enrayant des occasions de but pour le Sénégal, l’arbitre a contre toute attente fait basculer le match en faveur l’équipe sud-africaine sur deux décisions particulièrement suspectes, ayant abouti à leurs deux buts », écrit l’instance dirigeante du football national.

Elle cite l’ouverture du score par l’équipe de l’Afrique du Sud, à la 40ème minute de la rencontre, suite à un pénalty sifflé contre le Sénégal par l’arbitre ghanéen Joseph Lamptey Odartey, « pour une prétendue faute de main totalement inexistante du défenseur Kalidou Coulibaly (…)’’.

Une décision maintenue « en dépit des contestations et plus grave, en déjugeant l’arbitre assistant mieux placé qui avait fini d’indiquer le corner que les joueurs sud-africains s’empressaient d’aller exécuter ».

 

La FSF pointe également l’attitude de l’arbitre sur le deuxième but sud-africain, un comportement « tout autant reprochable que sur le premier but, pour avoir validé ce but après que les joueurs sud-africains aient continué de jouer alors qu’il avait lui-même arrêté le jeu pour un coup-franc imaginaire et mobilisé autour de lui les deux milieux défensifs sénégalais, Idrissa Gana Guèye et le capitaine Cheikhou Kouyaté, pour un avertissement verbal ».

 

Et la Fédération sénégalaise de football d’ajouter que « le comportement zélé des services de sécurité autour de l’arbitre, qu’ils ont prétendu exfiltrer à la fin du match, alors que ce dernier n’a subi ni représailles, ni menaces des joueurs ou supporters sénégalais, dénote de leur prise de conscience du scandale qu’a constitué l’arbitrage de ce match ».

 

À l’issue de ce match, observateurs, supporteurs et amateurs du football, « ainsi que l’ensemble des médias sportifs internationaux ont, à l’unanimité, décrié le manque flagrant d’impartialité de l’arbitre qui n’honore point l’éthique sportive et l’arbitrage africain », selon le communiqué.

 

« A cet égard, tenant compte du passé chargé connu dudit arbitre qui aurait déjà fait l’objet de sanctions pour des faits similaires », la FSF « convie les autorités compétentes de la CAF et de la FIFA le cas échéant, de prendre les mesures idoines, et au besoin d’ouvrir toutes enquêtes nécessaires pour apporter la lumière sur ses agissements lors de ce match », peut-on lire.

 

L’Afrique du Sud a battu 2-1 le Sénégal à l’issue de cette rencontre comptant pour la deuxième journée du dernier tour qualificatif du Mondial 2018.

 

Avec cette défaite, les Lions occupent la troisième place de leur groupe avec trois points (+1), soit un de moins que le Burkina Faso quatre points (+2) et l’Afrique du Sud (+1).

 

Le Cap Vert, qui a perdu ses deux premières rencontres, occupe la dernière place de cette poule.

Leave your comment

Please enter your name.
Please enter comment.

1 2 3 4 5

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15