Accueil / SOCIETE / MBACKé Réglementation du transport des vélos-taxis pour se conformer à la loi : Un ultimatum de 6 mois fixé aux 235 conducteurs

MBACKé Réglementation du transport des vélos-taxis pour se conformer à la loi : Un ultimatum de 6 mois fixé aux 235 conducteurs

Leur cohabitation difficile avec les chauffeurs et leur manque de maîtrise du Code de la route ont amené les autorités à organiser un Cdd pour fixer les nouvelles mesures de réglementation. Le développement des vélos-taxis appelés Jakarta à Mbacké (Touba) commence à inquiéter les autorités administratives locales. D’où la mesure du préfet de fixer une nouvelle réglementation au cours d’un Cdd, tenu hier. Rencontre au cours de laquelle, Alioune Aïdara Niang a révélé que «pour trouver un compromis d’ici 6 mois, à partir du 1er Octobre 2011, il est important pour les conducteurs de vélo-taxi de se conformer à la nouvelle réglementation. Laquelle veut que les conducteurs soient âgés au minimum de 15 ans, les oblige de porter obligatoirement le casque, d’éviter la surcharge et la pollution sonore avec des baffles à musique».

Pour respecter le statut religieux de la ville de Touba, il est interdit le transport en direction des «penc» de la ville, des filles avec un certain port vestimentaire qui heurte la décence. M. Niang a aussi invité «les deux parties à un règlement des accidents de la circulation à l’amiable et à défaut, de procéder au constat». Du fait que certains conducteurs de Jakarta sont mêlés à certains faits délictuels, dont la complicité de vol et le transport de drogue par des passagers hors de la commune, le préfet a recommandé au commissaire de Police et au commandant de la brigade de Gendar­merie de ne «permettre aucune sortie du territoire communal et ceci pour leur propre sécurité, car sous d’autres cieux, des conducteurs de Jakarta hors de la commune ont été agressés ou tués par leur passager».

Interrogé, le chargé de la communication de l’Association des conducteurs de vélo-taxi a révélé «qu’en 3 mois d’existence, le parc des Jakarta est passé à 235 engins qui sont une source de revenus pour des jeunes qui ne veulent pas verser dans le banditisme ni se complaire dans le chômage, car il n’y a aucune infrastructure pour leur assurer un gain au quotidien». Avec ses camarades, Gora Diagne a déploré la voierie de la ville de Mbacké et sollicité une certaine flexibilité pour l’obtention du permis de conduire.

Tous les conducteurs de vélo-taxi ont accepté et salué les mesures visant la réglementation des secteurs édictés par le préfet, de concert avec les autorités compétentes. Pour les conditions d’acquisition du permis de conduire, «il faudra 18 000 frs, puisque la municipalité a subventionné les cours de conduite pour les conducteurs de Jakarta», précise le directeur du Service régional du transport.

Le Quotidien

À voir aussi

Images terribles de l’accident qui a fait 6 morts à Matam samedi dernier

Six personnes sont décédées dans un accident de la route, samedi dernier 17 février. Un …

3eme édition des Rifad Louga à pied d’œuvre !

La 3ème édition des Rencontres internationales francophones Abdou Diouf (Rifad) se tiendra du 21 au …