Accueil / UNE / Mbagnick Diop: « Le FIEF trace une nouvelle feuille de route pour le secteur privé africain francophone »

Mbagnick Diop: « Le FIEF trace une nouvelle feuille de route pour le secteur privé africain francophone »

Son Excellence Monsieur le Président de la République du Sénégal, M. MACKY SALL,

Monsieur le représentant de l’Organisation Internationale de la Francophonie,

Monsieur le Secrétaire Général du Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur,

Monsieur le Représentant résident de l’ONUDI,

Mesdames, Messieurs les Ministres, et Autorités étatiques ici présentes,

Monsieur le Président du Groupement du Patronat Francophone (GPF),

Mesdames, Messieurs les membres du GPF, hôtes du Sénégal et du secteur privé francophone d’Afrique,

Mesdames, Messieurs les Chefs d’entreprises de la Communauté francophone d’Afrique et du Monde,

Chers invités,

C’est avec un grand plaisir que je prends la parole, en présence de la communauté des acteurs du groupement Patronal Francophone et des autorités de la République, à l’occasion de ce moment solennel de la cérémonie officielle du forum international des entreprises francophones.

Je saisis, donc, cette opportunité pour saluer la présence massives du groupement, des responsables de la Francophonie économique et surtout remercier le représentant du chef de l’Etat.

A l’initiative du Groupement du Patronat Francophone – GPF, en collaboration avec l’OIFet en partenariat avec le Mouvement des Entreprises du SénégalMEDS, notre pays abrite ces 18 et 19 avril, un grand rendez-vous d’affaires des acteurs économiques d’Afrique et du reste du monde, en vue de renforcer la dimension économique des entreprises de notre communauté francophone, à travers le Monde.

En effet, la rencontre de Dakar, une première du genre en Afrique puisqu’elle réunit les grands acteurs du monde économique francophone, nous permettra certainement à l’issue de nos travaux, d’emprunter ensemble une nouvelle trajectoire de développement pour notre secteur privé francophone, devant les nombreux obstacles socio-culturels d’une part, et technico-économiques d’autre part qui pourraient se dresser sur nos chemins respectifs.

Aujourd’hui, force est de reconnaître que dans la bataille économique mondiale, il y a toujours une forte prédominance des multinationales ou de grands groupements d’entreprises réunis autour d’intérêts économiques mais aussi et surtout, de valeurs linguistiques et culturelles, ou socio-environnementales.

La rencontre d’aujourd’hui marquera d’une encre indélébile l’histoire de l’évolution de l’espace de la francophonie économique. Cette première édition en terre sénégalaise, africaine est riche de signification.

Excellence,

Que le Groupement du Patronat Francophone s’intéresse à vous, n’est pas un hasard !

Car le GPF est déjà convaincu de votre engagement pour la poursuite du développement de la francophonie à travers le monde, mais aussi du combat que vous menez pour le développement de toutes les économies qui composent notre communauté.

Et sur l’une de vos récentes interventions, vous affirmiez que « la Francophonie est une force économique, car représentant 16% du PIB mondial, 14% des réserves de ressources naturelles et 20% du Commerce mondial ».

Le partage de la langue française est une chance pour nos économies car le français est la 3e langue des affaires au monde et la Francophonie représente 250 à 300 millions de locuteurs qui développent des affinités autour de la langue française comme instrument de communication et d’échanges. Avec la croissance de l’Afrique, la population estimée sera de 700 à 800 millions dans quelques décennies.

En prenant une telle décision d’organiser cette rencontre, le Groupement du Patronat Francophone compte, sans nul doute, jeter les bases d’une prise de conscience des entrepreneurs francophones pour une collaboration gagnant-gagnant entre nos entreprises, axer sur la mise en relief de la dimension économique de la francophonie pour la mettre, désormais, au cœur de nos politiques de relations internationales.

Mesdames, Messieurs,

Votre vision d’une Afrique francophone, nous conforte et nous libère déjà dans notre profonde réflexion actuelle pour faire de Dakar, un HUB au niveau africain,dans l’architecture organisationnelledu Patronat francophone.

Et pour cela, nous sollicitons votre appui ainsi que votre implication dans ce projet, car nous souhaitons tout simplement que le Président de la République soit le Parrain du GPF en Afrique francophone.

Aujourd’hui nous sommes à l’ère de la francophonie économique, et dans notre espace continental, l’Afrique, la rencontre de Dakar nous aidera à tracer une nouvelle feuille de route pour le secteur privé africain francophone.

Il est de nos jours unanimement reconnu que l’entreprise et les entrepreneurs jouent un rôle déterminant pour assurer une croissance économique durable et inclusive. Ils participent à l’élaboration de solutions novatrices grâce à leur potentiel en tant que réservoir important de création d’emplois.

Et ce n’est peut-être pas un hasard de calendrier, car le continent africain vit aujourd’hui à l’heure d’un groupement économique unique des Etats, avec l’entrée en vigueur prochaine de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine, la ZLECAF, qui devra regrouper en son sein les sous-organisations du continent en vue d’harmoniser ses politiques dans un espace de très forte diversité.

A cet exercice, la branche Afrique du Groupement du Patronat Francophone, aura certainement un rôle très déterminant à jouer.

Et selon l’étude biennale de l’Institut français d’Etudes Démographiques (INED) publiée en 2017, la population africaine devra doubler en 2050.

D’autre part, l’Afrique rassemble plus de la moitié des Etats membres de l’OIF et la majorité de la population concernée.

Mesdames, Messieurs, Chers invités

L’Afrique est donc l’avenir de la francophonie !

Si la première Conférence des Ministres de l’Economie et des Finances de la francophonie a déjà dessiné depuis 1999 à Monaco, les premiers contours de l’Action économique francophone, et que par ailleurs l’OIF inclut l’action économique, dans son cadre stratégique, ce pilier économique tarde à se dessiner dans l’espace francophone africain.

C’est pourquoi, nous voulons aujourd’hui transformer au sein de cette communauté francophone africaine, la grande solidarité culturelle et linguistique entre les peuples, en opportunité de développement économique et social.

En organisant ce premier forum international des entrepreneurs francophones, dont je souhaite la réédition chaque année, le Groupement du Patronat Francophone  contribue:

  • à fédérer les acteurs industriels du monde francophone,
  • à valoriser les initiatives économiques des pays francophones,
  • à mettre en exergue les initiatives innovantes du monde francophone,
  • à défendre et illustrer les valeurs communes de solidarité et,
  • d’équité dans le respect des identités.

Pour ne citer que ceux-là, entre autres ambitions.

C’est aussi le lieu de magnifier le rôle extrêmement important du partenariat public-privé pour assurer les bases de la compétitivité gage de la croissance économique. Laquelle est considérée à son tour comme le garant, voire le synonyme de l’élévation durable du niveau de vie général et donc comme l’essence normative de toute politique de développement bien comprise.

Cher ami JeanLou,

En parlant justement du GPF dont vous assurez la présidence, vous avez choisi comme sujet des « Rencontres d’Affaires Francophones» prévues en Novembre 2019 en France : «L’intelligence et le Management Interculturel en Francophonie».

A ce sujet, je vous invite à associer fortement à cet évènement et aux débats, le secteur privé francophone africain.

Et sur l’une de vos récentes déclarations, je cite : « La route des échanges économiques et financiers, afin que nos réseaux puissent assurer un développement économique réel et durable entre nous »,

Je conclue avec conviction que vous êtes aujourd’hui au cœur de nos préoccupations actuelles dans la réflexion commune pour une Afrique francophone forte dans le continent d’abord, mais aussi dans le monde.

C’est pourquoi, du haut de cette tribune, j’invite les participants de cetterencontre de Dakar, à contribuer pleinement aux travaux pour nous aider à dresser la meilleure cartographie du marché africainfrancophone, qui devra servir de point de départ pour un plus grand volume d’échanges inter-pays au niveau de notre zone communautaire (UEMOA) et au-delà, de notre espace continental (L’Afriquetoute entière).

Enfin, je rappelle qu’au terme de nos allocutions respectives, le Groupement du Patronat Francophone –GPF et le Mouvement des Entreprises du Sénégal –MEDSconcluront leur nouveau partenariat dont le but principal est d’établir un lien permanent et durable entre le secteur privé francophone africain et les autres membres du GPF.

Et par cette même occasion, le MEDS transmettra son rapport d’activité 2000 – 2019au GPF et à l’autorité étatique.

Avant de conclure, je voudrais à nouveau remercier l’ensemble des participants venus de loin pour prendre  part à nos travaux.

Des remerciements qui vont surtout à son Excellence M.Macky SALL, Président de la République du Sénégal, à qui revient aussi l’honneur de porter aujourd’hui le pilier économique de la francophonie en Afrique.

Pour terminer, j’ai la forte conviction que nos travaux déboucheront sur des conclusions profitables aux entrepreneurs francophones.

Je vous souhaite un bon séjour au Sénégal, pays de la téranga.

Que vive la Francophonie !

Que vive l’Afrique !

Que Dieu bénisse le Sénégal !

Je vous remercie de votre écoute active !

 

 

À voir aussi

Mbagnick Diop offre un copieux Ndogou à ses employés

Le Président du groupe Promo Consulting a offert hier un copieux «Ndogou» à ses employés …

L’HOMMAGE POIGNANT DE WADE À MBAYE DIACK

Dans une lettre très émouvante et pleine d’anecdotes, l’ex président de la République du Sénégal, …