IMG_3651

MBAGNICK DIOP, PRÉSIDENT DU MEDS « Au Sénégal, on casse toujours ceux qui réussissent »

Le président du Meds a profité de la remise de chèque des 10 millions F Cfa à l’Association des sages-femmes d’État du Sénégal, lors des Mercredi du Meds, pour solder ses comptes.
La réussite des Cauris d’Or fait des émules et suscite envies et jalousies débouchant sur la méchanceté gratuite et sans aucune cause apparente. Le président du Meds est victime de ces petites méchancetés jusqu’au comportement sadique. Il ne comprend pas qu’au Sénégal, l’on ne magnifie pas l’excellence. « Dans ce pays, on cherche toujours à casser ceux qui réussissent ; les personnes promises aux succès sont critiquées », constate-t-il, dépité. Et pourtant, les Cauris d’Or demeurent, aujourd’hui, la première et la plus prestigieuse cérémonie en Afrique, dit-il. « À 48 heures de l’événement, des dizaines d’entreprises nous ont sollicités pour participer à la soirée, mais cela était d’autant plus impossible qu’il ne restait plus de place pour les accueillir», a révélé Mbagnick Diop. Avant de poursuivre : « En lançant le concept des Cauris d’Or, nous avons voulu faire sortir de l’ombre nos compatriotes qui gagnent, ces héros qui méritent de nous tous une reconnaissance. Quand quelqu’un fait de bonnes choses, il faut l’encourager, l’applaudir et non le casser », s’esclaffe-t-il. Non sans souligner que le Meds a pour objectif d’identifier, reconnaître et encourager les personnalités qui ont su réussir et sortir des sentiers battus. « Au-delà de l’objectif de récompenser les meilleurs d’entre nous, les Cauris d’Or constituent un appel à la célébration de l’excellence », conclut-il. C’est dire que tout le talent de la méchanceté consiste à débiter d’absurdes médisances, pour reprendre William Shakespeare.

Mouhamadou BA

Voir aussi

telechargement

Et si on en parlait… Une classe politique dépassée et déphasée

Le Sénégal a mal de sa classe politique. Les mêmes personnes occupent le champ politique, …