Accueil / SOCIETE / Mbaye Gueye batonnier de l’ordre des avocats « Il faut voir si les pratiques anciennes doivent toujours être maintenues »

Mbaye Gueye batonnier de l’ordre des avocats « Il faut voir si les pratiques anciennes doivent toujours être maintenues »

Le bâtonnier de l’ordre des avocats du Sénégal, Mbaye Guèye, a invité ceux qui sont dans la justice à revoir la politique pénale. Il s’exprimait en marge de la conférence annuelle des chefs de parquet orientée sur le thème : « l’action publique et la détention provisoire ».

« Ma conviction est que nous voulons tous bien faire, quel que soit le niveau de faiblesse des résultats auxquels nous parvenons. Mon intime conviction est que tous ceux qui se trouvent dans cette salle ont envie, au mieux de leurs possibilités, de servir la nation sénégalaise parce que vous connaissant pratiquement tous », a d’emblée dit le bâtonnier. Avant d’ajouter : « il se trouve qu’en un moment donné, il faut s’arrêter et réfléchir, voir si les pratiques anciennes doivent toujours être maintenues, qu’est-ce qui doit être amélioré et qu’est-ce qui doit être changé. Surtout lorsqu’on parle de la liberté d’une personne ». A en croire le bâtonnier, il suffit d’entrer dans un commissariat de police ou une brigade de gendarmerie ou une prison centrale pour se rendre compte que ce n’est pas évident d’être dans la posture d’une personne détenue. Donc, dit-il, il leur faut plus qu’avant d’être regardant sur la liberté des citoyens. « J’ai toujours eu des débats souvent passionnés avec les magistrats du parquet sur cette question. Ma conviction n’a pas changé. Je vous laisserai cette confiance, à charge pour vous de faire ce que vous voulez », a-t-il soutenu. S’adressant à Ismaïla Madior Fall, Mbaye Guèye dira qu’il y a quelques temps, au Ministère de la Justice, il y avait un projet de présence de l’avocat à la garde vue par une loi nationale.

« Ce que j’ai déploré c’est que… »
« Je suis persuadé que dans les archives du ministère, existe le dossier de ce projet. Nous en avons discuté et le parquet a marqué une opposition réelle que je n’ai pas bien comprise parce qu’on avait présenté au Ministère de la Justice comme si on voulait introduire dans le système un élément perturbateur, c’est-à-dire l’avocat au niveau de la gendarmerie et de la police », semble-t-il regretté. Pourtant, renseigne-t-il, c’est un projet qui devait améliorer les conditions de garde à vue. « Ce que j’ai déploré, c’est que l’Uemoa avait un projet similaire et j’étais persuadé que l’Uemoa allait l’imposer au Sénégal. Mon vœu était que le Sénégal prenne les devants et ait le texte dans sa législation nationale avant qu’elle ne nous vienne de la législation communautaire. Malheureusement, c’est l’Uemoa qui nous impose le texte sous l’impulsion d’autres pays qui ont un niveau de démocratie et de liberté qui, pour moi, est moins par rapport au Sénégal », a indiqué Mbaye Guèye. Pour lui, le Sénégal venait de rater l’occasion de prendre les devants pour introduire dans sa législation nationale une telle innovation mais, dans toutes les régions, à chaque chef de police et de gendarmerie, on lui dit que c’est les instructions de son chef, c’est-à-dire le procureur s’oppose à l’application de la loi.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

17eme Fesfop- Le comité d’organisation à pied d’œuvre 

La 17ème édition du Festival international de Folklore et de Percussions (Fesfop) de Louga, se …

Construction d’une nouvelle usine d’eau à Keur Momar Sarr Macky lance les travaux le 18 décembre à Thiès

Le Président de la République, M. Macky Sall, lance ce 18 décembre 2017, à Thiès, …