ACTUALITE

Me Assane Dioma Ndiaye, avocat de la partie civile : « Dès que Deby a commencé à croire que ce procès pourrait l’atteindre, il a commencé à ne plus collaborer »

  • Date: 11 septembre 2015

Les tchadiens ne peuvent plus suivre en direct le procès de Hissein Habré. Le gouvernement de l’actuel Président Idriss Deby ne permet plus aux télévisions tchadiennes même privées de reprendre le signal de la Rts. Pour expliquer cette position du régime de Deby, Me Assane Dioma Ndiaye, un des avocats de la partie civile déclare dès que Deby a commencé à croire que ce procès pourrait l’atteindre de par ses propres projections, il a commencé à ne plus collaborer avec ces chambres.

Un des avocats de la partie civile dans l’affaire Hissein Habré, Me Assane Dioma Ndiaye s’est prononcé, aujourd’hui, sur l’interdiction par le gouvernement de Idriss Deby de montrer les images du procès de Habré qui se déroule actuellement au Sénégal. L’avocat explique : « le gouvernement d’Idriss Deby nous a déjà habitués à ses revirements en fonction de ses craintes éventuelles par rapport à ce procès. Avec la question de ceux qui avaient été inculpés avec M. Hissein Habré, dès qu’il a commencé à croire que ce procès pourrait l’atteindre de par ses propres projections, il a commencé à ne plus collaborer avec ces chambres. Mais, on ne pensait jamais qu’il allait faire obstruction par rapport à la diffusion de ce procès au Tchad. Parce en réalité, ce procès se déroule avec un centaine de victimes au maximum et toute victime a le droit d’assister à son procès mais du fait de la rupture de la territorialité, on a pensé que la retransmission télévisuelle ou audiovisuelle partout à travers le monde serait une compensation de ce droit d’assister à son propre procès ».

« Nous interpellons l’Etat du Sénégal »

Selon la robe noire, aujourd’hui on s’étonne que le gouvernement Tchadien brouille les images, ne permet pas aux télévisions tchadiennes même privées de reprendre le signal de la Rts. C’est la raison pour laquelle, Me Assane Dioma Ndiaye et ses confrères ont protesté au plus haut niveau. « Nous sommes des mandataires de ces victimes. Nous avons saisi les chambres malheureusement, ils nous ont avoué leur impuissance et aujourd’hui nous interpellons l’Etat du Sénégal. Parce qu’au-delà du statut, il y a un accord entre le Sénégal et le Tchad avec des obligations réciproques. Les deux Etats sont débiteurs des obligations qui ont sont stipulés dans cet accord. Donc, nous invitons l’Etat du Sénégal à faire en sorte que très rapidement la retransmission puisse être effective au Tchad et que les victimes qui sont restées là-bas puissent vivre ce procès et en tirer toutes les leçons », a indiqué la robe noire.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15