17 avril, 2014
Accueil » ACTUALITES » ME DOUDOU NDOYE PRÉSIDENT DU «MOUVEMENT PDS JAMMO» : «Le Pds est un navire dérouté»
ME DOUDOU NDOYE PRÉSIDENT DU «MOUVEMENT PDS JAMMO» : «Le Pds est un navire dérouté»

ME DOUDOU NDOYE PRÉSIDENT DU «MOUVEMENT PDS JAMMO» : «Le Pds est un navire dérouté»

L’ancien patron de l’Upr Me Doudou Ndoye a présenté hier le courant interne au Pds dénommé « Mouvement Pds Jammo ». Et ce, selon l’initiateur, pour remettre le Pds « désorganisé » sur les rails.

S’il y avait des courants au Pds qui n’osaient pas dire leur nom, maître Doudou Ndoye vient de leur montrer la voie à travers le mouvement Jammo né pour mettre le doigt là où il fait mal au sein du parti libéral. La création de ce mouvement, selon le président Ndoye, se justifie par «le manque de dialogue entre le gouvernement et le peuple, le monopole de la décision au sein du parti par maître Wade et la non association du parti à l’exercice du pouvoir». A l’entame de son propos, maître Ndoye a dénoncé les failles du parti libéral pourtant au pouvoir.

«Nous vivons dans un parti politique de plus en plus complexe. Nous ne sommes pas satisfaits de la manière dont le parti fonctionne en son sein, par rapport au gouvernement et au peuple. Le Pds ne fonctionne que sur la seule et unique volonté de maître Wade. Le Pds est un navire dérouté. Nous n’avons pas un parti politique, mais un homme qui dirige un groupe. On s’opposera s’il le faut, mais nous n’excluons aucune perspective» a dénoncé le président du mouvement Jammo. Ce mouvement se donne la lourde tâche de mettre fin à toutes ces pratiques «antidémocratiques» au sein du parti et par rapport au peuple. «Nous demandons à ce que le parti ne dépende plus de la seule volonté de maître Wade, qu’il y ait un dialogue permanent entre le peuple et le gouvernement et que le parti soit associé à l’exercice du pouvoir» a exigé maître Ndoye. L’entourage de maître Wade est aussi mis en cause par Doudou Ndoye pour sa fébrilité par rapport à la prise de décision de Wade. «Quand on délègue des personnes qui ne peuvent pas dire non, les conséquences risquent d’être terribles. Nous avons besoin des politiques engagés, transparents et démocratiques pour servir leur pays» a déclaré maître Ndoye qui refuse d’être le passif, mais l’actif au sein du Pds et réclame même sa légitimité au sein du dit parti : «Je suis revenu au Pds en partenaire, mais pas pour subir. Je revendique ma légitimité dans le Pds après maître Wade. Il n’y en a pas un seul qui puisse revendiquer sa légitimité autant que moi. Je n’attends rien de la politique pour exister, c’est Dieu qui fait exister. Je ne crois pas en maître Wade, mais je crois en sa vision que nous partageons» a indiqué maître Ndoye. Par ailleurs, l’ancien patron de l’Upr a évoqué la question de l’électricité qui étrangle les populations. Selon le président de «Jammo», c’est l’Etat qui a «coupé les deux bras de la Sénélec» par le décret 2002-01 du 10 janvier 2002 qui dit, en somme, que tous les biens de production de l’électricité de la Sénélec appartiennent à l’Etat. Or, la Sénélec est une société anonyme, alors elle relève du droit privé. Cet état de fait, selon Doudou Ndoye, retire la confiance des bailleurs de fonds parce que la Sénélec n’ayant plus de garantie.