téléchargement

ME MAME ADAMA GUÈYE TOUTES GRIFFES DEHORS “ Nous venons d’assister à une parodie d’exercice démocratique ”

 Les membres du front ‘’Niani Bagna’’ ont élevé la voix, hier, pour se prononcer sur le référendum du 20 mars dernier. Un des leurs, en l’occurrence, Me Mame Adama Guèye, abordant le scrutin, a soutenu que nous venons d’assister à une parodie d’exercice démocratique.

Les voix des membres du front ‘’Niani Bagna’’ se sont fait entendre, hier, en marge d’un point de presse. C’est dans le cadre du référendum du 20 mars dernier. Abordant la question de la remise en cause du scrutin, Me Mame Adama Guèye a révélé que nous venons d’assister à une parodie d’exercice démocratique. « Ce scrutin, évalué dans sa globalité, est une mascarade. Parce qu’un scrutin a pour vocation pour permettre un jeu franc et ouvert entre des candidats sur la base de l’équité et de l’égalité entre les candidats. Tout ce qui a été fait dans ce processus a contribué à rompre gravement l’égalité entre les candidats, a violé gravement tous les principes qui doivent normalement gouverner une élection transparente », a-t-il dénoncé.

S’agissant des conditions de fixation de la date de l’élection, Me Guèye estime qu’aucun consensus n’a été trouvé en ce sens. « Le président de la République s’est bien préparé et a fixé une date en fonction de sa préparation a épousé une date. Ça ne participe au consensus nécessaire pour permettre de respecter les principes d’équité du processus. La deuxième chose, le président de la République et son camp ont violé l’État de droit en lançant une campagne électorale avant l’ouverture de la campagne. On a tous vu comment on a fait une propagande outrancière du Oui à travers tous les panneaux de ville du Sénégal. La troisième chose, la Rts a été accaparée par le Oui et ça été même dénoncé par des organes de supervision, en vain », a-t-il indiqué.

« 80% des électeurs  n’ont pas donné leur agrément à cette réforme constitutionnelle »

Avant de continuer : « Le Cored a dénoncé la partialité de certaines presses privées. Un élément de facteur de déséquilibre qui a été flagrant. Un autre facteur de déséquilibre, c’est l’utilisation outrancière de publi-reportages dans la presse privée. On est dans une compétition avec un Oui et un Non. Une des parties était arbitre et joueur. C’est-à-dire le camp du Oui. L’ensemble de ces éléments montrent que ce processus n’a pas fonctionné sur la base de principe d’équité ».

Pour terminer, Me Mame Adama Guèye indique que la corruption a été systématiquement mise en œuvre et les conditions d’une élection transparente qui respecte des principes d’équité et d’égalité entre les candidats n’ont pas été respectées. « Du point de vue de la légalité, nous ne pouvons pas remettre en question les chiffres parce qu’en bien même qu’il y a eu tous ces manquements, les chiffres sont là et on en prend acte. On a interrogé le citoyen du Sénégal. Un scrutin n’a de sens que pour autant qu’un chiffre significatif. En matière de réforme constitutionnelle ce qui est recherché c’est un consensus. Nous disons que 80% des électeurs sénégalais n’ont pas donné leur agrément à cette réforme constitutionnelle. C’est très significatif. Cela veut dire que ce texte est approuvé par 20% des électeurs sénégalais. Cette lecture est importante. La question fondamentale ce n’est pas quelle est la majorité résultante de la minorité », a-t-il conclu. Cette rencontre a enregistré la participation de tout le front ‘’Niani Bagna’’.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

telechargement-7

ME AÏSSATA TALL SALL  “Le 25 janvier, on passera aux choses sérieuses ”

“Ce renvoi s’explique parce que nous appelons, dans notre jargon judiciaire et de procédure, la …