AUDIO

ME MOUSSA BOCAR THIAM, PORTE-PAROLE ADJOINT DU PS « Il est inélégant, discourtois et inopportun pour le Ps de présenter une candidature contre Macky Sall » (Audio)

  • Date: 15 février 2016

Maire de la Commune de Ourossogui et porte-parole adjoint du Parti socialiste (Ps), Me Moussa Bocar Thiam a été, samedi dernier, l’invité du Grand Oral. Lors de cet entretien sur  Rewmi FM, le socialiste est revenu sur la prochaine élection présidentielle, la question de la double nationalité, entre autres sujets d’actualité. Morceaux choisis.

Candidature de Macky Sall

« Les gens doivent comprendre que, cette déclaration que j’ai faite sur le soutien de la candidature de Macky Sall n’est pas faite de manière spontanée. Tout est parti du contexte actuel et il s’agit de ma position personnelle d’abord. Je veux dire que nous avons un Parti socialiste (Ps) qui de 1960 à 2000 a gouverné au Sénégal. Donc de 2000 à 2012, nous avons un parti qui était dans l’opposition. C’est à partir de 2012 que le Ps a participé pour la première fois à un gouvernement. Cette participation est un peu extraordinaire parce qu’elle est différente des participations du Président Abdoulaye Wade à l’époque dans le gouvernement du Président Abdou Diouf. Dans ce cas, pour assurer la paix publique, on mettait les opposants les plus farouches dans le gouvernement. C’est pourquoi, le Président Wade était libre à la veille de l’élection présidentielle de poser sa candidature. Le contexte d’aujourd’hui est totalement différent. Vous avez le Ps qui participe à la victoire d’un président au second tour. Nous avons des ministres dans le gouvernement du Président Sall. Ces ministres rencontrent le président de la République, toutes les semaines. Ils échangent sur les questions gouvernementales. Vous ne les jamais entendu dire qu’ils ont des difficultés d’exécution de leur mandat. Et, on voit qu’ils sont en phase avec le président de la République. Vous avez également des députés du Ps qui sont dans le cadre du BBY (Benno Bokk Yakaar). Ces députés ont voté tous les projets de loi qui ont été soumis par le pouvoir exécutif. Mieux, au sein du Bureau politique dont je suis membre, nous n’avons jamais pris des résolutions ou discuté des difficultés de compagnonnage avec le Président Macky Sall. Il n’a jamais été question, pendant 4 ans, de difficultés avec le Président Sall et le Parti socialiste (Ps). Cela veut dire que nous sommes en phase avec la vision du président de la République. Tous ces éléments combinés font que le Président Sall, s’il pose sa candidature, il est inélégant, discourtois et inopportun de présenter une candidature à son encontre. Si aujourd’hui l’élection présidentielle est en 2017, est-ce que le Ps s’est donné les moyens de gagner cette élection. Pourquoi devrons-nous participer juste pour participer. Si on participe à l’élection présidentielle, c’est pour la gagner. Cependant, je pense qu’aujourd’hui techniquement et matériellement, quel que soit notre candidat, il n’a pas le temps nécessaire pour sillonner tout le pays. Le Ps n’est pas prêt et il ne gagnera pas. »

Pourquoi le Ps  doit soutenir Macky Sall ?                  

« Une élection présidentielle, avant l’homme (le candidat) il faut un projet, une offre politique, une vision que l’on propose aux Sénégalais. Le Ps a une vision, une volonté de gouverner mais, cette vision du Ps est quasiment la même que celle du président de la République puisque nous gouvernons ensemble. Aujourd’hui, Macky Sall est en train d’exécuter non seulement sa vision mais aussi, la vision des partis qui participent à l’exercice de son pouvoir. Vous allez avoir un candidat socialiste qui va venir dire quoi aux Sénégalais. Parce que son programme doit reposer sur les insuffisances de ce qui a été fait entre 2012 et 2017. Pourquoi nous, on n’a pas pu régler ces problèmes, pendant 5 ans, avec nos propres ministres. Ce n’est pas possible et c’est une incohérence intellectuelle. Du point de vue intellectuel, il sera difficile pour les politiques du Ps de théoriser une vision, en critiquant nécessairement le bilan du Président Macky Sall. C’est inélégant. Par ailleurs, le Ps est un parti organisé et Ousmane Tanor Dieng a été réélu au poste du Secrétariat général sur la base d’un congrès démocratique. Nous sommes fiers de la manière dont Ousmane Tanor Dieng gère le Parti socialiste (Ps). Toutefois, au niveau des instances, on discutera inévitablement de la question de ma sortie sur le soutien à la candidature du Président Sall. On verra ma position et dire ce qu’il faudra faire. Quelles sont les conditions de ce soutien, il faut un accord politique, sincère et clair entre le Président Macky Sall et le Parti socialiste (Ps). Il faut dire que je suis critiqué mais aussi très félicité. Je dois faire une précision. Les personnes qui connaissent mon parcours savent que je ne suis pas du genre à transhumer. J’ai gagné ma Commune (Ourossogui) tout seul au nom du Ps. Je n’ai aucune tendance à vouloir rejoindre l’Apr. »

Double nationalité

« Si j’étais membre du Secrétariat national de l’Apr, je ne traiterais pas cette question. Ce débat est non seulement inutile parce qu’aujourd’hui il faut qu’on oublie le Président Wade. Il ne fait plus partie des dispositifs de la vie politique de ce pays. Il faut que l’on apprenne à l’oublier et faire notre action politique en fonction des hommes politiques qui existent et qui sont là physiquement et intellectuellement. Il est inutile de soulever un débat qui a un penchant dangereux. On a vu ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire. Au Sénégal, nous en n’avons pas du tout besoin. Il faut qu’on se dise la vérité sur cette question de double nationalité. Tous les Sénégalais qui ont une double nationalité, à part ceux qui sont nés de parents étrangers, ils le font que pour des raisons liées à leurs conditions de vie dans ce pays-là. Ils ne renoncent pas au Sénégal donc, c’est pour des raisons administratives. Je ne les condamne pas. Pour le cas d’Abdoulaye Wade, on nous dit que pour être président de la République il faut être exclusivement Sénégalais. En 2012, le Président Wade avait posé sa candidature alors qu’il était Français aussi. Mais en droit, il a le droit de ne pas révéler cela et de poser sa candidature. Il appartient à toute personne intéressée de dénoncer cette candidature en disant que Wade est Français. En ce moment-là, le Conseil constitutionnel pourra vérifier. Mais, Wade a déposé un dossier sénégalais au niveau du Conseil constitutionnel et sa candidature a été validée. Je pense que c’est un débat inutile et dépassé. Mais sanctionner, aujourd’hui, Abdoulaye Wade pour quoi faire ? C’est ridicule. Qu’est-ce que cela a changé dans l’exercice du pouvoir. Juridiquement, cette procédure est inutile et impossible. Le véritable débat pour l’Apr c’est comment régler le problème des Sénégalais. »

Cheikh Moussa SARR

 

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15