GO  Ousmane-Ngom

ME OUSMANE NGOM « Si on m’avait écouté, Karim Wade ne serait pas en prison »

L’ancien tout-puissant ministre d’État sous le régime libéral, Me Ousmane Ngom, s’est enfin prononcé sur l’affaire Karim Wade. Pour lui, Wade-fils n’a pas sa place en prison.
« Si ça ne tenait qu’à moi, Karim Wade ne serait jamais en prison parce que je considère que la prison n’est pas forcément la place des personnes. On peut commettre des fautes pour des raisons, moi j’ai été 9 fois en prison, et je ne le souhaite à personne. Depuis le départ, j’ai toujours dit que cette question est éminemment politique et qu’il fallait une solution politique. Mais si on m’avait suivi, depuis le départ, personne n’aurait été en prison et n’aurait réglé politiquement cette question, en minorant les préjudices éventuellement subis. Mais, pendant ce temps-là, personne ne m’a suivi. Les deux camps se sont radicalisés (opposition et pouvoir) et ils ont privilégié la confrontation », clame Ousmane Ngom, au cours du lancement de la vente des cartes de son mouvement politique national. Par ailleurs, il se réjouit de l’ouverture d’un dialogue entre les différentes formations politiques. « Elles viennent de comprendre que la solution politique est la meilleure. Mieux vaut tard que jamais », ajoute-t-il.
Sur son nouveau mouvement politique dénommé « Libéral Cii Kanam », Me Ousmane Ngom révélera que « LCK a une démarche différente des autres partis. Notre but est de changer de comportement.  Il faut qu’on travaille d’abord au niveau des mentalités. Il nous faut introduire où réintroduire une forte discipline  et réintroduire aussi la valeur travail. Il faut que les gens sachent que la facilité ne peut pas faire avancer le pays. Les gens ont tendance à dire que le pays « dafa macky» (que l’argent ne circule pas). Mais personne n’a jamais vu l’argent circulait dans la rue. Pour que l’argent circule, il faut le travailler. Donc, il faut réintroduire le culte du travail. »
Selon toujours l’ancien premier flic du Sénégal « l’innovation majeure de LCK, la lutte pour les libertés, des droits où des élections transparents, n’est pas dans nos priorités. Chacun peut défendre  ses libertés et droits à son niveau parce que ce sont des conquêtes déjà acquises ». Me Ousmane Ngom a aussi décliné sa vision pour un Sénégal Émergent et prospère. « Ce qu’on peut faire, c’est de rendre irréversible ces acquis et conquêtes pour une justice sociale. Avec le niveau de la  croissance, il faut faire en sorte que cette croissance  touche tout le monde, il faut une répartition équitable des fruits de la croissance pour que toutes les couches sociales du pays soient concernées, d’où notre démarche. C’est-à-dire, il faut que chaque Sénégalais ait l’opportunité de participer à la construction nationale du Sénégal », conclut-il.

Ibrahima Khalil DIEME

Voir aussi

amadouba_ecofinance

BOCAR NDIONGUE TANCE LES DETRACTEURS D’AMADOU BA ‘’Lui au moins ne traine aucune casserole’’

Le ministre Amadou Ba, à qui le président de l’APR aurait confié la direction du …