sidiki kaba

Me Sidiki Kaba sur la violation des droits de l’homme dans le monde- “ Cette situation d’injustice est inacceptable, et ne saurait perdurer ”

Le ministre de la justice, garde des sceaux, a donné son avis, hier, sur la violation des droits de l’homme dans le monde. S’exprimant en marge d’un débat thématique de haut niveau intitulé “ONU70 : Les droits de l’homme au centre des préoccupations mondiales”, il déclare que : “ Cette situation d’injustice et d’intolérance est inacceptable au 21ème siècle et ne saurait perdurer davantage ”.

Président en exercice de l’Assemblée des Etats Parties au Statut de Rome de la CPI, Me Sidiki Kaba a réitéré son combat pour atteindre les objectifs d’une justice pénale internationale impartiale et équitable.

Le ministre de la justice a fait cette déclaration lors d’un débat thématique intitulé “ONU70 : Les droits de l’homme au centre des préoccupations mondiales”.

S’exprimant à cette occasion, Me Sidiki Kaba  déclare  que : “ l’Organisation des Nations Unies a incontestablement beaucoup fait en faveur des droits fondamentaux de la personne humaine : de la délocalisation à la mondialisation de la démocratie et à l’émergence d’une société civile internationale, acteur majeur de la vie internationale”. Cependant, regrette le ministre, des violations massives des droits humains continuent de sévir partout dans le monde et souvent contre les couches les plus vulnérables.
Souvent,  dans les situations de conflits, les femmes sont prises pour cibles de guerre et sont victimes de toutes les formes de crimes sexuels et de violences à caractère sexiste. Et ce sont les enfants soldats qui sont commis à des tâches d’inhumanité et de criminalité. On leur ôte ainsi que  le droit à un avenir. Et ce sont des millions de réfugiés qui sont dans le désarroi et perdus”, a-t-il dénoncé.

Poursuivant, il  renseigne que cette situation d’injustice et d’intolérance, est inacceptable au 21ème siècle et ne saurait perdurer. “ Nous avons les moyens de nous y opposer et de constituer un puissant rempart contre l’extrémisme violent, le terrorisme, la xénophobie pour respecter et assurer une égale dignité à  tous. Par ailleurs, la promotion, la protection et la défense des droits de l’homme individuels et collectifs doivent plus que jamais demeurer les premiers enjeux de la politique internationale”. Avant de terminer : « Ces   droits qui sont individuels, interdépendants, inviolables et universels ne doivent pas être l’otage des intérêts géopolitiques et géostratégiques. Pour y parvenir, le ministre dira qu’ils doivent  être l’affaire de tous,  pour que tous les êtres humains aient droit aux droits, sans distinction sans discrimination,  et sans exclusion”.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …